Visite à Tunis de Bénédicte Linard, vice-présidente du gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles

0
257

Etats généraux du livre en langue française dans le monde, coopération culturelle et cinématographique, droits humains, médias et régulation audiovisuelle étaient inscrits au programme de visite, à Tunis ce 24 septembre, de   Bénédicte Linard, vice-présidente du gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles et ministre de l’enfance, de la santé, des droits des femmes, de la culture et des médias.

  Sur les Etats généraux du livre en langue française, à Tunis 

Membre de son comité organisateur, la Fédération Wallonie-Bruxelles s’est activement engagée dans les travaux des Etats généraux du livre en langue française qui se sont tenus à Tunis ces 23 et 24 septembre.  Largement entamés en amont, avec une forte mobilisation de la multiplicité des acteurs du livre dans l’espace francophone, ces Etats généraux du livre à Tunis  ont conduit à l’adoption de 10 propositions concrètes autour de la promotion du livre et de l’édition numérique. La Déclaration commune adoptée en clôture des Etats généraux, signée à Tunis par les trois ministres français, tunisien et belge de la culture présents, Roselyne Bachelot, Habib Ammar et Bénédicte Linard, et six autres ministres à distance, formule dix recommandations de suivi à l’adresse du Sommet des chefs d’Etat et de Gouvernement de la Francophonie qui se tiendra à Djerba en novembre prochain.

Bénédicte Linard a salué l’initiative de ces Etats Généraux du livre et a remercié l’Institut français, le comité organisateur qui a pu coordonner le travail de fond et  opérationnel depuis de longs mois, ainsi que l’accueil par le ministère des affaires culturelles tunisien, dans un délai record et un contexte sanitaire difficile. Une douzaine de professionnels du livre Wallonie-Bruxelles se sont par ailleurs joints aux travaux des Etats généraux, en présentiel ou à  distance.  

Lors des sessions plénières des Etats généraux, la ministre Linard a rappelé que le renforcement de l’accès à la culture en général est une priorité de la Fédération Wallonie-Bruxelles. La culture est essentielle dans une société démocratique, aussi en tant que vectrice d’émancipation, d’échanges et de partages, de réflexion et porteuse de sens. La démocratisation de l’accès au livre et à la lecture participe ainsi à cette volonté d’accroitre l’accès à la culture pour toutes et tous.

Sur le plan économique, partout dans le monde, le secteur du livre a été fragilisé ces dernières années par les changements induits tant par le numérique sur les modes de production, de promotion, de commercialisation et de consommation de l’écrit, que par la mondialisation économique et l’émergence de macro-opérateurs internationaux, et, plus récemment encore, par la crise sanitaire.

Face à ce double contexte et enjeu, Bénédicte Linard a exposé à Tunis sa politique du contrat de filière, laquelle a pour objectif d’élaborer et de mettre en œuvre de manière concertée un soutien stratégique à une filière professionnelle, et de faire du livre et de la lecture une cause commune déterminante. Le Contrat pour la filière du livre en Fédération Wallonie-Bruxelles articulera ainsi différents engagements et actions des pouvoirs publics vis-à-vis du secteur autour des priorités que sont la démocratisation et le développement des pratiques de lecture et d’écriture, l’accès aux nouveaux marchés, l’innovation, la professionnalisation et le renforcement des liens interprofessionnels ainsi que la promotion des acteurs et des activités de la filière. 

Sur la coopération bilatérale dans son soutien à la démocratie en Tunisie

Avec le ministre Habib Ammar, il a été procédé à un tour d’horizon de la coopération culturelle entre la Tunisie et la Fédération Wallonie-Bruxelles. Cette coopération s’articule aussi, dans la mesure du possible, avec les politiques et programmes de la coopération multilatérale, comme c’est notamment le cas avec le programme de développement et d’appui aux acteurs culturels en Tunisie, Tfanen, sur financement de l’Union européenne et par la mise en œuvre d’EUNIC.

Le programme « Tunisie en mouvements » a été lancé par Wallonie-Bruxelles international en 2020 et offre, autour de quelque 35 projets, autant d’opportunités de rencontres entre acteurs culturels, sociaux, académiques et de la société civile en Belgique et en Tunisie. Une volonté est également partagée entre la Tunisie et Wallonie-Bruxelles de mieux œuvrer ensemble sur les politiques culturelles, dans leurs dynamiques démocratiques et participatives, à l’instar de projets fédérateurs de développement territorial de la culture.

La ministre rappelait que la culture demeure un secteur fragile dès lors qu’il ambitionne de promouvoir la diversité de la création et l’égal accès des citoyennes et des citoyens. La culture rejoint des valeurs démocratiques essentielles auxquelles les ministres de la culture se doivent de réaliser leur attachement.

Dans une approche de coopération plus structurante, l’accord de coproduction cinématographique Tunisie / Fédération Wallonie-Bruxelles a été abordé dans une perspective de révision mieux adaptée aux besoins des professionnels du cinéma et de l’audiovisuel. Ce projet de révision en cours, entre le Centre national du Cinéma et de l’Image (CNCI) et le Centre du Cinéma et de l’Audiovisuel de la Fédération Wallonie-Bruxelles, s’inscrit dans un contexte dynamique et reconnu artistiquement du cinéma tunisien, ces dernières années, notamment avec le concours de financements et de professionnels belges.

Au titre de sa compétence dans le secteur des médias, la ministre Linard a rencontré, lors de son séjour à Tunis, Nouri Lajmi, président de la HAICA – Haute Autorité indépendante de la Communication audiovisuelle. En tant que régulateur audiovisuel, la HAICA dispose d’un rôle important en matière d’impulsion, d’orientation et d’accompagnement de la création et production des médias en Tunisie.

La coopération institutionnelle et professionnelle établie depuis une dizaine d’années, en parfaite confiance, avec son homologue, le Conseil supérieur de l’Audiovisuel Wallonie-Bruxelles, a été abordée, ainsi que les excellents résultats atteints en 2018-20 par les deux partenaires dans le cadre de l’instrument de jumelage de l’UE, avec l’appui de Wallonie-Bruxelles international. La ministre Linard a réitéré le soutien continu et actif de la Fédération Wallonie-Bruxelles aux missions de cette instance constitutionnelle qu’est la HAICA, en particulier dans ses objectifs de pluralisme et transparence des médias, de professionnalisation et de garantie de la liberté d’expression et de la liberté de la presse.

Les questions de pluralisme et des libertés civiles et politiques sont également revenues au centre des discussions lors de la rencontre avec Antonio Manganella, directeur régional d’Avocats sans Frontières (ASF), et Yosra Frawes, ex–présidente de l’Association tunisienne des Femmes démocrates (ATFD) et directrice régionale de la FIDH (FIDH)-Fédération internationale des droits de l’homme.   Dans une situation historiquement complexe, une vigilance des partenaires internationaux aux côtés des institutions démocratiques et de la société civile tunisiennes reste de mise afin de répondre aux mieux aux aspirations démocratiques, sociales et de justice exprimées par la société tunisienne.

Rating: 4.5/5. From 1 vote.
Please wait...

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here