Vers un tourisme alternatif et durable en Tunisie : Les recommandations clés des experts

0
369

Les professionnels du tourisme en Tunisie, représentés par les fédérations FTAV, FTH, FI2T et FTGAT, en collaboration avec l’association allemande DRV, ont récemment présenté des solutions pour favoriser le développement du tourisme alternatif et durable en Tunisie.

Lors d’une conférence de presse à Tunis, ces solutions ont été exposées sous forme de recommandations, issues d’une étude visant à identifier les obstacles rencontrés par les acteurs de ce secteur.

Les présidents des quatre fédérations professionnelles ont uni leurs voix pour appeler les autorités à prendre en compte ces recommandations, fruit de plusieurs mois d’études menées sur le terrain par des experts, notamment juridiques, selon un communiqué de la FTAV.

Cette étude, financée par la BMZ et coordonnée par la SEQUA, a impliqué une analyse des textes juridiques en vigueur ainsi qu’une immersion dans le quotidien des opérateurs du tourisme alternatif et durable.

Maître Wassim Allouche, avocat et expert mandaté pour mener le projet, a souligné lors de la conférence la complexité administrative et les lenteurs induites par la réglementation actuelle. Selon lui, bien que le législateur tunisien ait tenté d’encadrer le secteur, la gestion bureaucratique entrave son évolution et génère des obstacles institutionnels aux projets de tourisme alternatif et durable.

Cette initiative vise à stimuler le développement du secteur, en mettant en avant ses contributions potentielles à l’économie et à la société tunisiennes. Elle cherche également à encourager l’adoption de pratiques durables par les professionnels du tourisme et à sensibiliser les touristes à l’importance du voyage responsable.

Suite à cette démarche, le comité d’étude des obstacles juridiques a formulé plusieurs recommandations essentielles, notamment l’élaboration d’un « Code du Tourisme » unique intégrant une section dédiée au tourisme alternatif et durable. Ce code vise à simplifier les procédures et à garantir une meilleure coordination entre les acteurs institutionnels.

Parmi les autres recommandations figurent la création d’une plateforme pour le suivi des dossiers, le soutien financier et marketing aux projets, ainsi que la mise en place de normes pour faciliter l’obtention de certifications environnementales. Ces mesures visent à promouvoir la durabilité tout en développant le secteur touristique de manière responsable.

Le tourisme alternatif et durable est identifié comme un secteur à fort potentiel économique par la CNUCED. Pour la Tunisie, comme pour de nombreux pays en développement, son encadrement juridique et son développement constituent des enjeux majeurs, nécessitant une approche législative, administrative et humaine adéquate.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here