Tunisie : Les sociétés cotées à la Bourse de Tunis, en plein virage vers la RSE

0
639

Le Conseil du Marché Financier (CMF) de Tunisie a conduit une étude approfondie sur les pratiques de Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE) parmi les sociétés cotées à la Bourse de Tunis. Cette étude, réalisée par le Département des Études Comptables et Fiscales (DECF), vise à évaluer le niveau de sensibilisation et l’intégration des stratégies RSE dans ces entreprises. Le rapport met en lumière les principaux enjeux et résultats de cette enquête, couvrant divers aspects tels que les stratégies RSE adoptées, les actions entreprises, et le reporting en matière de RSE.

Contexte et objectifs

L’importance de la RSE dans le contexte économique mondial est indéniable, avec la Tunisie ayant adhéré à l’accord de Paris sur le climat et adopté la loi 2018-35 relative à la responsabilité sociétale des entreprises. Cette législation vise à intégrer les principes de développement durable et de bonne gouvernance dans les pratiques des entreprises tunisiennes.

Méthodologie

L’étude a ciblé les 20 sociétés cotées à la Bourse de Tunis affichant la plus grande capitalisation boursière, représentant 81% de la capitalisation totale. L’enquête, menée sur une période de deux mois et une semaine, a recueilli des réponses couvrant 72% de cette capitalisation. Les questions posées ont été formulées en accord avec les normes nationales et internationales, notamment les critères ESG (Environnementaux, Sociaux, et de Gouvernance).

Principaux résultats

  1. Adhésion au Pacte Mondial des Nations Unies : Seulement 25% des sociétés ont adhéré au Pacte Mondial, tandis que 55% ne l’ont pas encore fait. Cette adhésion, bien que volontaire, offre un cadre pour guider les entreprises dans l’élaboration de leur stratégie RSE.
  2. Engagement de la direction : Pratiquement toutes les sociétés ayant répondu ont formalisé l’engagement de leur direction dans un document officiel, avec certaines ayant validé leur stratégie RSE par le conseil d’administration.
  3. Certification en matière de RSE : Seulement 20% des sociétés ont obtenu une certification RSE, comme les normes ISO14001 et ISO45001. Le coût et la préférence pour finaliser les processus internes avant la certification expliquent ce faible pourcentage.
  4. Maturité de la démarche RSE : 35% des sociétés considèrent leur démarche RSE comme satisfaisante, tandis que 60% la jugent globalement mature. Certaines ont réalisé cette évaluation avec l’aide de cabinets spécialisés.
  5. Rôle des organes de gouvernance : Le conseil d’administration intervient généralement dans la validation et la mise en œuvre de la stratégie RSE, avec des comités appuyant ces efforts en analysant les risques extra-financiers.
  6. Désignation de responsables RSE : La majorité des sociétés ont nommé un comité ou un responsable spécialisé en RSE, certains ayant suivi des formations spécifiques.
  7. Recours à des prestataires externes : La plupart des sociétés ont fait appel à des prestataires externes pour l’élaboration et la mise en place de leur stratégie RSE, en raison de la complexité de cette tâche.

Les résultats de cette étude montrent une prise de conscience croissante parmi les entreprises tunisiennes quant à l’importance stratégique de la RSE. Bien que des progrès significatifs aient été réalisés, notamment en termes de formalisation des engagements et de recours à des experts externes, des défis subsistent, tels que l’adhésion au Pacte Mondial et la certification des démarches RSE. Le CMF, en tant que régulateur, continue de promouvoir des pratiques responsables et durables, contribuant à un marché financier tunisien plus résilient et compétitif.

Le rapport souligne la nécessité de collaborations continues entre les entreprises, les investisseurs, et les autres parties prenantes pour intégrer pleinement les principes de la RSE, garantissant ainsi la durabilité et la compétitivité des entreprises tunisiennes sur la scène internationale.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here