Tunisie et transition énergétique : Sur la bonne voie malgré le retard

0
651
ATUGE

le club Ecolo de l’ATUGE a organisé, un webinaire sous le thème : Où en est la Tunisie dans sa transition énergétique ?

Selon Mr Fethi Hanchi, Directeur Général de l’ANME, les énergies renouvelables ont représenté 4% de la totalité des énergies utilisées en 2019. La Tunisie pourrait atteindre les 22% en 2030 par rapport à un objectif escompté de 30%.

En 2020, la totalité du fonds alloué à la transition énergétique a été débloqué, notamment dans le cadre du programme Prosol Elec (installation de panneaux photovoltaïques).

Mr Kamel Bennaceur, expert international en Energie, et ex Ministre de l’Industrie et de l’Energie, a établi un benchmark pertinentavec les pays de la région méditerranéenne principalement.

Avec une demande énergétique en augmentation dans tous les pays, la Tunisie présente l’intensité énergétique des plus élevées (consommation énergétique/PIB). Cette intensité énergétique s’est améliorée de 30% dans les pays de l’OCDE et c’est loin d’être le cas pour la Tunisie. Deux secteurs ont été pointés du doigt au niveau de l’efficacité énergétique : les transports et le bâtiment.

Le Maroc présente l’ambition la plus forte en matière de transition énergétique avec un objectif de 52% d’ER en 2030.

Le gaz, l’éolien et l’hydraulique sont les énergies en augmentation sensible en Afrique du nord.

Mme Tanja Faller, responsable du cluster Energie et changement climatique à la GIZ a salué les efforts faits par la Tunisie malgré l’instabilité politique. Elle a affirmé que la Tunisie est sur la bonne voie avec un grand potentiel inexploité ; elle a également salué la transition démocratique en matière de TE avec la participation du citoyen dans la production d’énergie.

Mr IhebTriki, chargé des investissements privés dans le développement durable à Swicorp, a,quant à lui,déploré l’absence de grands projets en Tunisie malgré le potentiel existant.

L’absence d’un régulateur indépendant ne représente pas selon lui le principal obstacle.

Quelles solutions pour rattraper ce retard ?

Mme Amel Jrad, coordinatrice du projet Readiness Tunisie-Green ClimateFund et modératrice du débat, a largement insisté auprès des panelistes sur les solutions à proposer pour rattraper ce retard ; en voici les principales :

  • Sur le plan institutionnel, le renforcement des capacités humaines pour accélérer la réalisation des projets ; l’anticipation de l’augmentation de la capacité de stockage et de transport de l’énergie est fondamentale, notamment pour la STEG.
  • L’introduction du digital d’une manière plus significative
  • L’exploitation du portefeuille de toutes les énergies renouvelables (dont l’hydrogène vert et bleu), en privilégiant les solutions à moindre impact environnemental et qui ne demandent pas de subventions de l’Etat.
  • L’implication de tous les ministères concernés par cette transition, et en premier lieu le ministère des transports, de l’agriculture. Le ministère des affaires locales et de l’environnement est aussi concerné afin d’actionner le levier territoire.

Il en est ressorti que la Tunisie a un potentiel qui lui permet d’être plus ambitieuse, à condition de gagner en efficacité dans la réalisation des ses objectifs. Un objectif ambitieux de 80% d’énergie renouvelable a été avancé à l’horizon 2050 par Mr Fethi Hanchi.

No votes yet.
Please wait...

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here