Tarak Cherif opte pour une approche participative contre le commerce informel

0
4639
Tarak Cherif

Dans le cadre de la création du centre « ACTIONS » au sein de la Confédération des Entreprises Citoyennes de Tunisie (CONECT), dont le principal objectif est la lutte contre la concurrence déloyale, le président de l’organisation patronale, Tarak Cherif, a déclaré à Entreprises Magazine que ce centre répond à une nécessité historique. Celle relative à une profonde réflexion quant aux moyens d’intervention des pouvoir publics pour lutter contre l’économie informelle.

Le président de la CONECT estime que le centre « ACTIONS » récemment créé au sein de la confédération, fournira à l’Etat l’appui et l’assistance nécessaires à l’élaboration d’une stratégie efficace et efficiente. Selon lui, l’autorité publique est en phase de perdre le contrôle sur ce phénomène qui se répond d’une façon irréversible.

De son coté, Pierre Delval, président de l’organisation internationale WAITO qui encadre cette initiative de la CONECT, a affirmé que la limite de tolérance de commerce informel pour un Etat est de 20% de son PIB, aujourd’hui les activités de commerce illégal et de contrebande constituent près de 57% du PIB en Tunisie. C’est beaucoup plus que la limite tolérée.

Tarak Cherif affirme, à ce propos, qu’on se rapproche dangereusement d’un point de rupture irréparable. L’intervention du centre « ACTIONS » se focalisera autour de l’élaboration de rapports fiables et de statistiques concrètes pour permettre de mettre en place des stratégies d’intervention proches de la réalité et adaptées aux spécificités des régions qui souffrent le plus de ce fléau. L’action de ce centre sera orientée également vers les populations de ces régions dans une tentative de leur faire comprendre, que les pratiques liées au commerce informel présentent, certes, certains avantages sur le court terme, mais sur le long terme elles ne peuvent participer qu’au ralentissement de la croissance et de l’investissement et au découragement des investisseurs étrangers. L’organisation WAITO apportera, dans ce contexte, à la CONECT, toute son expertise en termes de sécurité et de défense contre le commerce illicite.

Maher Ben Romdhane


A LIRE AUSSI :

Loi des finances : après l’UTICA c’est la CONECT qui fait le forcing pour garantir ses intérêts

Création du centre « ACTIONS » de lutte contre la concurrence déloyale

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here