Samiha Selmani : « Sicars Régionales, bras financier du Développement régional et de la croissance à travers le financement de projets créateurs de valeur»

0
272

Interview acec Samiha Selami, PDG SODINO SICAR.

Qu’est qu’on entend par SICARS régionales ?

Avant de définir les sicars régionales, il faut rappeler que l’activité du capital investissement en Tunisie est née en 1990 et que la Tunisie est le premier pays arabe à avoir introduit le capital Investissement comme alternative de financement de son économie.

Parmi les véhicules d’investissement, on distingue les SICARs et les fonds de capital investissement (FCPR, Fonds d’amorçage, FIS, fonds de fonds).

On entend par société d’investissement à capital risque toute société anonyme qui a pour les sociétés d’investissement à capital risque ont pour objet la participation, pour leur propre compte ou pour le compte des tiers et en vue de sa rétrocession, au renforcement des fonds propres des entreprises et des entreprises promues par les nouveaux promoteurs tels que définis par le code d’incitation aux investissements, des entreprises implantées dans les zones de développement régional, telles que fixées par ledit code, des entreprises objet d’opérations de mise à niveau ou rencontrant des difficultés économiques et bénéficiant de mesures de redressement conformément à la législation en vigueur, ainsi que des entreprises qui réalisent des investissements permettant de promouvoir la technologie ou sa maîtrise ainsi que l’innovation dans tous les secteurs économiques (Décret-loi n° 2011-99 du 21octobre 2011, article 1er).

Elless ont réparties en trois grandes catégories les SICARs Régionales, les SICARs des banques et les SICARs de Groupe.

La première catégorie a été créée en 1992, dans le cadre d’une politique publique de l’Etat moteur de développement. En effet, le pouvoir exécutif représenté par le ministère des finances a décidé d’aller là oùle bailleur de fonds privé ne va pas, pour inciter l’investissement dans les régions de l’intérieur et la création des PME par les nouveaux promoteurs qui ont besoin de petits tickets et présentent pour un grands bailleurs de fonds classique une population a un niveau de risque très élevé.

Ainsi, 3 Sicars à intervention géographique bien déterminée, ont été créées en 1992.

De nos jours nous comptons déjà 9 SICAR régionales (SR) opèrent dans les régions à savoir : SODIS (Medenine et Sud), SODIT (Tataouine), SODIK (Kebili), FRDCM (Gafsa), SODESIB (Sidi Bouzid), SODEK (Kasserine), SIDCO (Kairouan et centre ouest), SODINO (Siliana et nord- ouest), SODICAB (Nabeul et Zaghouan essentiellement). Huit des neuf SR sont publiques. Lesdites sicars ont pour mission de répondre aux attentes des régions en termes de création d’entreprises et de postes d’emploi.

 Comment pouvez-vous juger l’intervention des sicars régionales dans le développement régional et la création de richesse ?

30 ans après la création des premières sicars régionales, nous pouvons dire que L’analyse des effets du capital risque régional sur l’économie des régions est, en tout état de cause, encourageante.

En effet, selon la base de données de l’ATIC, les sicars régionales ont libéré durant les 15 dernières années 117 MDT. Ce qui a permis de créer 17 317 postes d’emplois directs.

Et pour répondre à votre question, nous pouvons prendre l’exemple de la SODINO SICAR qui intervient pour financer les projets dans la région du Nord-Ouest composée des Gouvernorats de Béja, Jendouba, Le Kef et Siliana.

No votes yet.
Please wait...

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here