Rôle des Centres ATFP Partenaires dans le cursus de formation professionnelle

0
1092

Dans le cadre de la Composante II du projet FIESP (Formation inter entreprise avec le secteur privé) du Ministère fédéral de la coopération économique et du développement (BMZ) mis en œuvre par la GIZ Tunisie (2019 – Juillet 2023) et porté par la Chambre Tuniso-Allemande de l’Industrie et du Commerce (AHK)  intitulée « Appui à la mise en place de centres de formation interentreprises », le projet AHK – FIESP accompagne 120 jeunes apprenants dans l’univers du textile  à travers un cursus de formation professionnelle dans le secteur du textile de Septembre 2021 au 30 Juin 2023, et ce, en collaboration avec les centres de formation professionnel  de de l’Agence Tunisienne de la Formation Professionnelle (ATFP). Il s’agit du Centre Sectoriel de Formation en Habillement de Tunis – Ras Tabia, le Centre Sectoriel de Formation en Habillement de la Manouba, le Centre de Formation et d’Apprentissage de Kélibia et le Centre Sectoriel de Formation en Habillement de Mohamed Ali Sfax.

Ce cursus de formation professionnelle du Projet AHK FIESP est basé sur l’apprentissage par l’action via des exercices pratiques, des mises en situation, des jeux de rôles…, ayant pour but de renforcer la concertation et la coopération entre les secteurs public et privé dans le domaine de la formation professionnelle duale, de développer des nouvelles compétences personnelles et relationnelles afin de permettre l’intégration des jeunes apprenants dans la vie professionnelle.

A ce sujet, le Directeur du Centre de Formation et d’Apprentissage de Kélibia, Othmen Hmissi, a affirmé que « le partenariat entre les secteurs public et privé dans le domaine de la formation professionnelle crée une relation participative entre les entreprises économiques, dont l’objectif est de former les stagiaires dans un cadre spécifique afin d’acquérir des aptitudes et des compétences visant à s’intégrer dans la vie professionnelle selon les exigences de ces entreprises. D’ailleurs, cette formation professionnelle va porter ses fruits par rapport au développement de tous les secteurs, à savoir le textile ».

Il a ainsi estimé : « Nous sommes certains que le niveau de nos jeunes apprenants sera développé sur le plan professionnel, notamment à l’issue des formations en Soft Skills qui vont créer une bonne ambiance de travail. Nous sommes aussi certains que les résultats seront très positifs pour les entreprises économiques partenaires et leur environnement ».

Augmenter l’employabilité et l’insertion des jeunes apprenants

De son côté, le Directeur du Centre Sectoriel de Formation en Habillement de Tunis – Ras El Tabia, Ridha Meddeb, a souligné que « ces formations vont faciliter l’intégration de nos jeunes dans le marché du travail. Elles portent déjà ses fruits au profit de nos stagiaires, essentiellement en matière de communication, de l’élaboration de leur curriculum vitæ ainsi qu’au niveau de leurs stages pratiques dans les usines…».

Et d’ajouter : « Chaque formation a son apport et ses bénéfices. Pour cette raison, nous proposons d’opter, dans l’avenir proche, pour d’autres formations qui facilitent l’insertion de nos jeunes, essentiellement dans le domaine du marketing et de la communication ».

trois volets d’engagement

Pour sa part, le Directeur du Centre Sectoriel de Formation en Habillement de la Manouba, Marouan Ben Othmen, a déclaré que « dans le cadre du Projet AHK FIESP, nos centres sont engagés en partenariat avec l’AHK et la GIZ dans trois volets. Le premier volet concerne les formations en Soft Skills dédiées aux jeunes apprenants et qui vont les aider à l’intégration dans la vie professionnelle. Le deuxième volet concerne la formation des tuteurs en entreprises. A ce niveau-là, j’ai la chance d’être membre de jury d’évaluation des tuteurs formés, ce qui m’a permis de constater qu’il est important et nécessaire d’avoir des tuteurs bien formés sur le plan pédagogique pour l’accompagnement et le suivi de nos stagiaires. Le troisième volet concerne la mise en place d’un manuel de la formation professionnelle duale selon le modèle allemand. Ce manuel a pour objectif de faciliter la mise en place des programmes d’insertion et des stages, et de faciliter le déroulement du travail entre l’entreprise et les centres ».

En fait, il a précisé que « le projet AHK FIESP est un projet complet et très bénéfique, notamment en matière d’insertion des stagiaires en entreprises et dans la vie professionnelle en général ».

Le modèle allemand de formation professionnelle duale est un modèle distingué

Dans le même sillage, le Directeur du Centre Sectoriel de Formation en Habillement de Mohamed Ali Sfax. Amine Bali, a indiqué : « Nous sommes au cœur de ce projet qui soutient le partenariat entre les centres de formation professionnelle publics et privés, tels que notre Centre Sectoriel de Formation en Habillement de Mohamed Ali Sfax et le Centre Privé de Formation Intégrée créé par les entreprises économiques. A travers ce partenariat, il y aura des échanges en formation professionnelle entre nos deux institutions. D’ailleurs, nos 60 formateurs dans différentes spécialités du domaine de textile peuvent faire bénéficier de leur expertise au Centre privé. De plus, le modèle allemand est un modèle distingué, dans lequel l’entreprise économique est au cœur du processus de formations. Et pour nous, les formations devraient être programmées en fonction des besoins de nos entreprises économiques dans le but d’assurer l’employabilité et l’insertion de nos apprenants ». 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here