QNB : Les prix du baril de pétrole brut devraient rester élevés

0
546
QNB

Les retombées de la propagation du Covid-19 à travers le monde ont engendré une énorme pression sur les marchés de l’énergie. Au début de la pandémie, au premier semestre 2020, un choc de demande négatif dû à des blocages mondiaux à grande échelle a amplifié les effets d’une surabondance de l’offre associée à une « guerre des parts de marché » entre les exportateurs de pétrole, ce qui a fait déraper l’industrie énergétique. Cela a conduit à une déroute historique qui a rapidement fait chuter les prix du baril de pétrole brut à leur plus bas niveau depuis plusieurs décennies.

En effet, la crise a été si grave qu’elle a provoqué un effondrement temporaire de la structure du marché, avec une baisse des prix du baril de pétrole brut liés à l’intérieur du pays, tels que le West Texas Intermediate (WTI), qui ont plongé dans des prix négatifs profonds, les centres de stockage ayant été submergés et les coûts de transport ayant bondi. Le Brent, l’indice de référence le plus important pour le commerce mondial, a atteint son niveau le plus bas à environ 19 USD le baril à la fin du mois d’avril 2020.

Cours du pétrole brut Brent

(USD par baril)          

Sources: Haver, Financial Times, analyse QNB 

Toutefois, le scénario catastrophe n’a pas duré très longtemps. Après avoir touché le fond en avril 2020, Il y a eu un retournement de situation : le prix du Brent n’a cessé de grimper depuis, enregistrant une hausse de 358 % en 20 mois. Il est important de noter que le Brent est déjà 30 % au-dessus des niveaux de prix pré-pandémiques, même s’il est toujours à la traîne et en dessous des performances d’autres indices de référence clés, comme le cuivre ou le S&P 500. Mais le rattrapage des prix du Brent par rapport à ces autres références s’est accéléré au cours des derniers mois.

Variation des prix des principaux indices de référence

(1 Janvier 2020 = 100)          

Sources: Haver, analyse QNB 

Le rallye a été alimenté par une reprise de la demande beaucoup plus rapide que prévu, stimulée par les mesures de relance et une forte demande de biens, ainsi que par les mesures strictes de gestion de l’offre prises par les pays membres de l’OPEP+, au premier rang desquels l’Arabie Saoudite et la Russie.  

Pour l’avenir, alors que les prévisions du consensus Bloomberg suggèrent une modération des prix du Brent pour atteindre une moyenne de 74 USD par baril en 2022, nous adoptons une position différente. Nous estimons que, les prix du Brent devraient rester bien soutenus, autour de 85 USD le baril. Cela est dû à deux facteurs principaux. 

En premier lieu, la croissance mondiale reste forte et la reprise cyclique devrait se prolonger, grâce à des stocks de produits manufacturés à des niveaux extrêmement bas et à une nouvelle vague de dépenses d’investissement dans des projets d’infrastructure. En outre, à mesure que le monde s’adaptera au Covid-19, que davantage de personnes reprendront le travail depuis le bureau et que les vaccins ainsi que les antiviraux deviendront plus disponibles, la demande de transport s’accélérera davantage, notamment pour les voyages aériens et le tourisme. Nous prévoyons une forte demande mondiale liée à de nouvelles ouvertures et la reprise du tourisme au second semestre 2022.     

En deuxième lieu, malgré la libération en cours et prévue des quotas de production de l’OPEP+, la croissance de l’offre mondiale a été lente, même si le pétrole brut se négocie à des prix plus attractifs. En Russie, le manque d’investissements dans le forage l’été dernier a empêché le pays d’augmenter sa production à un rythme plus rapide. En outre, en dehors de l’OPEP+, les producteurs de schiste aux États-Unis réagissent lentement au nouveau scénario en raison de l’imposition d’une plus grande discipline en matière de capital par les investisseurs et de la détérioration de la capacité des infrastructures intermédiaires et de service après l’effondrement historique de 2020. Les analystes estiment que la fonction de réaction de la production de schiste à la hausse des prix a été divisée par deux depuis le choc de la pandémie, ce qui rend le secteur du schiste moins pertinent pour s’adapter rapidement aux déséquilibres du marché. La croissance de l’offre est donc limitée à moyen terme.

Il est important de noter, cependant, que les perspectives des prix du pétrole sont particulièrement vulnérables aux chocs à ce stade. Les risques de baisse pourraient se matérialiser par des chocs négatifs sur la demande, notamment une aggravation potentielle de la pandémie, un nouveau ralentissement de la Chine ou une erreur de politique monétaire de la part de la Réserve Fédérale Américaine qui resserre sa politique  » too much, too fast « . Cela pousserait les prix du pétrole nettement en dessous des niveaux actuels. D’autre part, les risques de hausse pourraient se matérialiser si la croissance mondiale s’accélère encore avec l’ouverture de l’Asie ou si des événements géopolitiques perturbent l’approvisionnement, comme un conflit en Ukraine. Étant donné que les marchés pétroliers physiques sont sous-approvisionnés et que les stocks des économies avancées sont à leur plus bas niveau depuis plus de 20 ans, cela provoquerait une flambée rapide des prix du Brent. 

D’une façon générale, les conditions sont réunies pour que les prix du baril de pétrole brut restent élevés à moyen terme, même si la reprise en termes de hausse des prix est probablement déjà derrière nous. 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here