Photovoltaïque : Un potentiel de création de 17 000 emplois en Tunisie, selon Youssef Chebil

0
824

Youssef Chebil, directeur général d’Alphanis, producteur de panneaux photovoltaïques, a récemment abordé la question de la fabrication locale de ces capteurs en Tunisie.

S’exprimant sur les ondes d’Express FM, il  a mis en lumière la dualité existant dans le secteur, révélant que certains capteurs solaires thermiques sont fabriqués localement, tandis que d’autres sont importés, soumis à des droits de douane de 10 %.

Cependant, il a souligné que ces droits de douane ne sont pas un incitatif suffisant pour favoriser la production locale, étant donné que ce produit bénéficie d’un privilège douanier avec des droits ne dépassant pas 10 %, bien en deçà des 30 ou 43 %, appliqués à d’autres marchandises. Malgré la mise en place locale d’entreprises pour la fabrication de ces capteurs solaires, Chebil a souligné que le privilège douanier persiste, en vertu de la loi de finances de 2019. Il a souligné l’inefficacité de cette mesure, notant que la capacité de production ciblée de 1 000 mégawatts n’a jamais été atteinte. Actuellement, le nombre d’usines de fabrication a diminué de cinq à seulement deux, bien que la capacité de production ait augmenté de 300 mégawatts à environ 400 mégawatts.

Un point positif mis en avant par Chebil est le potentiel du secteur en termes d’emplois et de revenus.

Il a affirmé que la Tunisie est le seul pays d’Afrique doté d’une industrie avancée en matière de capteurs solaires thermiques. Selon lui, ce secteur a la capacité de générer un chiffre d’affaires annuel de 1 300 millions de dinars et de créer plus de 17 000 emplois. De plus, la Tunisie exporte actuellement des capteurs solaires thermiques vers l’Europe et d’autres marchés africains.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here