MOOVOBRAIN : Un pas de géant vers l’inclusion sociale et la réduction des inégalités en Tunisie

0
413

Une équipe de jeunes ingénieures tunisiennes, âgées de 27 à 28 ans, ont développé le système intelligent de commande de fauteuil roulant MOOVOBRAIN.

Nommée pour le Young Inventors Prize dans le cadre du Prix de l’inventeur européen 2024, l’équipe œuvre en faveur de la réalisation de deux des objectifs de développement durable (ODD) des Nations Unis grâce à son système MOOVOBRAIN. Les jeunes inventrices ont été sélectionnées parmi plus de 550 candidates et candidats pour l’édition de cette année.

Dans cette interview exclusive, plongez dans les coulisses de cette révolution technologique avec Ghofrane Ayari (27 ans), Khaoula Ben Ahmed (28 ans), Souleima Ben Temime (28 ans) et Sirine Ayari (28 ans).

Pouvez-vous nous parler de l’inspiration derrière la création de MOOVOBRAIN ?

MOOVOBRAIN est né d’une profonde volonté d’autonomiser les personnes à mobilité réduite. Inspirés par mon oncle, totalement dépendant de son fauteuil roulant en raison de problèmes de santé, nous avons créé MOOVOBRAIN. Cette solution innovante vise à accroître l’indépendance et la liberté de mouvement des personnes ayant un handicap physique. Notre deuxième source d’inspiration est Jamil, un jeune homme tunisien rencontré lors de tests réalisés au sein d’une association pour personnes à mobilité réduite. La réaction de Jamil a été incroyable lorsqu’il a réussi à piloter son fauteuil roulant pour la première fois en utilisant notre solution basée sur la pensée. Son enthousiasme et sa réussite nous ont fortement motivés à continuer de développer notre solution pour la rendre accessible à toutes les personnes à mobilité réduite, les aidant ainsi à gagner en autonomie et en liberté. C’est en 2019 que nous avons commencé ce parcours entrepreneurial. [SOULEIMA BEN TEMIME]

Quels ont été les plus grands défis techniques que vous avez rencontrés et comment les avez-vous surmontés ?

Les plus grands défis techniques que nous avons rencontrés étaient liés à l’intégration de tous les modes de pilotage nécessaires pour assurer la fiabilité et la performance de notre solution. Par exemple, nous avons eu des difficultés à synchroniser les différents modes de pilotage avec notre système de traitement en temps réel. Pour surmonter ce problème, nous avons collaboré étroitement avec des experts en ingénierie et en informatique, effectué des tests rigoureux et itéré sur notre design jusqu’à atteindre une synchronisation parfaite. De plus, nous avons mis en place une infrastructure de mise à jour continue pour corriger rapidement les bugs et améliorer les performances en réponse aux retours des utilisateurs. Le manque de données a également été un défi pour entraîner nos modèles d’intelligence artificielle avec une précision parfaite. Pour assurer la sécurité des utilisateurs, la solution devait être non seulement précise mais aussi adaptée aux personnes à mobilité réduite et garantir leur sécurité.

[Ghofrane AYARI]

Pouvez-vous expliquer comment fonctionne chaque mode de commande de MOOVOBRAIN (voix, signaux cérébraux, expressions faciales et pavé tactile) ?

MOOVOBRAIN comprend une solution logicielle [application mobile] disponible en trois langues (anglais, français et arabe) et une solution matérielle [carte électronique] qui doit être intégrée à la manette du fauteuil roulant. L’application mobile permet de contrôler le fauteuil roulant de quatre manières différentes : la commande vocale, la reconnaissance des expressions faciales, l’interprétation des signaux cérébraux et l’utilisation d’un joystick virtuel.

Pour commander le fauteuil par la pensée, l’utilisateur doit se concentrer pour avancer, cligner les yeux pour s’arrêter, et cligner les yeux une deuxième fois pour tourner à droite.

Pour commander le fauteuil à l’aide des expressions faciales, l’utilisateur doit configurer l’application et choisir une expression pour chaque commande. En ouvrant la page de commande, la caméra s’active pour détecter les expressions et les convertir en commandes.

Pour commander le fauteuil à l’aide de la voix, l’utilisateur doit configurer l’application et choisir un mot ou une prononciation pour chaque commande. En ouvrant la page de commande, le micro reste à l’écoute pour détecter les mots et les classifier afin d’exécuter la commande correspondante.

Pour piloter le fauteuil à distance avec le smartphone, l’utilisateur peut utiliser des boutons ou un joystick virtuel. Ce mode est destiné aux personnes ayant des faiblesses musculaires.

[Khaoula BEN AHMED]

En quoi votre technologie peut-elle réduire les inégalités et promouvoir l’inclusion sociale ?

Notre solution révolutionne la vie des personnes souffrant d’un handicap physique en leur permettant de se déplacer de manière indépendante et de mener une vie sociale active. Conviviale et facile à utiliser, notre technologie leur offre la possibilité de choisir le mode de pilotage adapté à leur handicap pour conduire leurs fauteuils roulants électriques et pratiquer leurs activités quotidiennes sans difficulté. L’autonomie de déplacement est cruciale pour les personnes à mobilité réduite. C’est leur première demande, comme nous l’avons constaté dans les associations et à travers l’expérience de mon oncle. En retrouvant cette autonomie, leur état psychologique s’améliore et leur inclusion sociale s’intensifie, leur offrant une meilleure qualité de vie.

[SOULEIMA BEN TEMIME]

Quels sont vos plans pour l’avenir de MOOVOBRAIN et comment envisagez-vous son évolution ?

Nous envisageons une évolution significative de MOOVOBRAIN reposant sur plusieurs axes stratégiques. Tout d’abord, nous prévoyons d’ajouter de nouvelles fonctionnalités innovantes, telles qu’un espace assistant permettant de surveiller l’état de santé de l’utilisateur et de nouveaux modes de pilotage. Nous nous engageons également à améliorer en continu la précision et la fiabilité de nos algorithmes d’intelligence artificielle grâce aux retours des utilisateurs et aux avancées technologiques. L’internationalisation de notre produit est une priorité, avec des mises à jour régulières pour inclure davantage de langues et de paramètres culturels spécifiques. Nous allons renforcer nos partenariats avec des fabricants de fauteuils roulants et des organisations de santé pour intégrer MOOVOBRAIN directement dans de nouveaux modèles de fauteuils roulants. De plus, nous voulons rendre notre technologie accessible à un plus grand nombre de personnes, en proposant des options de financement adaptées. En parallèle, nous créerons une communauté en ligne pour que les utilisateurs puissent partager leurs expériences et proposer des améliorations. Enfin, nous investirons dans la recherche et le développement pour explorer de nouvelles technologies et méthodes visant à améliorer la qualité de vie des personnes à mobilité réduite. Notre objectif est de faire de MOOVOBRAIN une solution de référence mondiale, accessible et inclusive, pour toutes les personnes à mobilité réduite.

[Khaoula BEN AHMED]

Concernant le récente pris que vous avez remporté, comment cette reconnaissance internationale impactera-t-elle votre projet et votre équipe ?

Cette récente reconnaissance par l’Office européen des brevets (EPO) représente une valeur ajoutée significative en termes de crédibilité et de visibilité internationale pour notre projet et notre équipe. Ce prix renforce l’image d’innovation et de fiabilité de notre produit, démontrant qu’il résout efficacement un problème majeur avec un impact significatif, et cela est validé par un organisme international de renom. En conséquence, cette reconnaissance renforcera notre position sur le plan national et international, facilitant ainsi notre communication et nos collaborations avec d’autres acteurs du secteur qui peuvent être des fabricants des chaises roulantes électriques, des associations et des investisseurs.

[Khaoula BEN AHMED]

Pouvez-vous nous parler de votre expérience avec le label tunisien Startup Act et le parrainage de la Banque européenne d’investissement ?

En juin 2019, nous avons obtenu le Label Startup Act, ce qui constitue une étape majeure pour notre startup. Ce label simplifie les procédures administratives essentielles à notre fonctionnement, telles que l’agrément d’opérateur économique auprès de la douane, l’obtention d’un compte en devise et la carte technologique. De plus, ce label nous a également donné un avantage pour accéder aux subventions nécessaires au financement de notre activité.

Grâce au programme « Innovation Support Programme for Southern Neighborhoods » de la Banque européenne d’investissement, nous avons bénéficié de séances de mentorat qui ont joué un rôle crucial dans l’amélioration de notre pitch deck, l’élaboration de notre stratégie de propriété intellectuelle, ainsi que notre plan commercial et financier. En explorant l’écosystème de la Lituanie, nous avons pu avoir un aperçu du marché européen. Comprendre les avantages des programmes d’accélération européens a facilité les opportunités de collaboration et de partenariat au sein de l’écosystème des startups. Notre participation à des sessions sur les procédures de startup visa nous a permis de saisir efficacement les opportunités. De plus, notre présence à « Startup Fair Lithuania 2023 » a renforcé notre visibilité en Lituanie, élargissant notre réseau et notre potentiel de collaboration à travers l’Europe.

[Sirine AYARI]

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here