L’UTICA partenaire stratégique de la KAS

0
938

Depuis son implémentation en Tunisie, l’organisation amie de la Tunisie, la KAS, a collaboré avec des  associations de divers bords. Et si je devais présenter les partenaires de la KAS,  je dois commencer par son premier partenaire, un partenaire aussi bien historique que stratégique. En 1982, la KAS a signé sa première convention avec l’UTICA et Monsieur Hatem Gafsi, chargé de programme KAS, va nous présenter le partenariat entre la KAS et L’UTICA.

Hatem Gafsi, chargé de programme KAS

Votre collaboration avec l’UTICA date depuis plusieurs années, quel est le secret de la longévité de ce partenariat ? 

La Konrad-Adenauer-Stiftung est une fondation politique qui travaille aussi sur l’axe économique dans le cadre de la coopération internationale pour le développement. D’ailleurs, les fonds publics qu’elle utilise proviennent essentiellement du ministère fédéral allemand de la coopération économique et du développement connu sous le nom de « BMZ ». 

En Allemagne ou dans d’autres pays du monde, elle collabore traditionnellement avec les organisations patronales comme, par exemple, le cas de l’UTICA en Tunisie. 

D’une part, la KAS essaye de promouvoir « l’économie sociale de marché », un modèle économique initié sous l’ère du premier chancelier allemand « Konrad-Adenauer » ayant servi de soubassement dans l’émergence du miracle économique allemand d’après-guerre. D’autre part, elle accompagne les acteurs économiques, notamment les unions patronales, à travers le renforcement des capacités des représentants, des élus, des fonctionnaires et des membres surtout dans les pays en transition démocratique comme le cas de la Tunisie.                      

Ce partenariat stratégique avec l’UTICA vise à instaurer un climat de confiance et à promouvoir le dialogue entre différentes parties prenantes, notamment les acteurs tunisiens des sphères économiques et socio-politiques, pour garantir un développement plutôt durable et une croissance économique soutenable

La juxtaposition du binôme démocratie-économie représente un axe de travail principal pour la KAS. Afin d’avoir des résultats concrets dans le cadre de l’accompagnement des acteurs concernés et pour réussir la transformation multidimensionnelle espérée par les partenaires locaux d’un pays donné, la KAS adopte toujours une approche de long terme dans la gestion de ses partenariats.

C’est, d’ailleurs, ce qui la distingue par rapport à d’autres organisations internationales similaires dans la mesure où, les activités ponctuelles sont, pour elle, hors cible. La KAS ne se voit pas comme étant un bailleur de fonds traditionnel mais plutôt un partenaire d’accompagnement pour le développement socio-économique et la transformation démocratique nécessitant une très longue haleine. 

Un nouvel axe de collaboration avec l’UTICA a été lancé en 2021, pourriez-vous nous le présenter ? 

La crise sanitaire actuelle n’a épargné aucun pays et aucune économie. En Tunisie, elle a non seulement, fragilisé le processus de démocratisation mais aussi le tissu économique dans son ensemble. 

C’est dans ce cadre que la responsabilité des acteurs économiques devient de plus en plus lourde surtout pour la relance post-Covid. Ainsi, consciente de ce challenge et sur la base des besoins exprimés par l’UTICA, nous avons initié l’axe de l’élaboration des études stratégiques afin de permettre à notre partenaire de se positionner dans cette nouvelle dynamique, de reconnaitre les menaces et de détecter les opportunités de son environnement. 

Les réformes à adapter sur le plan national et les nouvelles opportunités régionales et internationales de relance détectées à travers ses études permettront de booster la pérennité de l’entreprise tunisienne.

Retour de Monsieur Mohamed Ben Amor, Directeur des structures régionales par rapport à ce partenariat

Mohamed Ben Amor, Directeur des structures régionales par rapport à ce partenariat

KAS, Partenaire stratégique pour L’UTICA , merci de nous présenter les axes de ce partenariat ? 

Née en 1982, la coopération entre l’UTICA est la KAS s’inscrit dans un processus de partenariat respectant l’engagement et l’éthique. À la suite de cet accord signé, entre autre, avec le gouvernement tunisien, de nombreuses activités ont été organisés depuis jusqu’à nos jours. Plusieurs d’entre elles ont abouti à de nombreuses solutions potentielles, symbolisant une force de proposition, soumises aux autorités concernées pour examen et mise en œuvre possible. 

C’est ainsi que ce partenariat entre l’UTICA et la KAS œuvre pour la croissance et le développement socio-économique du pays en général et la volonté d’améliorer le climat des affaires en particulier.

Votre feuille de route de 2020 et l’impact du Covid pour 2020 ?

Dans le cadre de la coopération et du partenariat entre l’Union tunisienne de l’industrie, du commerce et de l’artisanat et la Fondation allemande Konrad Adenauer, une série de programmes de formation a été organisée en 2020 au profit des responsables syndicaux de l’organisation, tant au niveau national qu’au niveau régional.

La réussite de ces programmes de formation sont dus à la bonne organisation sur tous les niveaux de la Fondation Konrad Adenauer, qui est un partenaire actif et important pour l’organisation. Malgré la propagation de la pandémie (coronavirus) les sessions de formations relatives aux techniques de négociations ont été élaborées dans 5 pôles regroupant des élus de 24 régions tout en respectant les procédures sanitaires et d’hygiène. Elle avait pour objectif de permettre aux participants représentants élus de l’UTICA, de se familiariser avec les différents mécanismes de négociation nécessaires à la finalisation d’un accord dans le cadre des négociations collectives futures. 

Les actions phares pour 2021 ?

En prenant en compte l’aggravation de la situation pandémique, nous avons opté pour le lancement des sessions de formations Soft-Skills en ligne pour le renforcement des capacités des administrateurs de l’UTICA, 30 administrateurs localisés dans différentes régions de la Tunisie sont entrain de bénéficier de ces sessions de formations en forme synchrone et asynchrone.

Si la situation sanitaire le permettra et dans le souci de continuer les efforts des années précédentes, l’UTICA et la KAS se sont concertées pour démarrer , durant la deuxième moitié de l’année 2021, la session de formation en Soft-Skills (2) pour le renforcement des capacités des 12 meilleurs élus participants des années antérieures 2019-2020 dans les sessions de formations en « prise de parole en public » et « techniques des négociations » afin de les préparer à devenir des multiplicateurs au sein de leurs régions respectives. 

Enfin, sur la base d’un besoin exprimé par UTICA dans ce contexte très difficile pour les entrepreneurs, une étude sur la perception de la pression fiscale en Tunisie vient d’être lancée.

Conclusion : Nous avons un très grand intérêt à multiplier et diversifier notre collaboration avec divers partenaires étrangers en vue d’enrichir notre coopération dans tous les domaines. Ceci nous permettra d’accentuer notre expérience et booster nos connaissances. Plus notre collaboration avec divers organismes ou établissements étrangers est grande, plus notre expérience est riche et importante. Nous ne devons négliger aucune occasion pour développer nos connaissances et améliorer notre savoir car, non seulement, on apprend à tout âge, mais encore on a toujours besoin de l’expérience des autres.

Par Selma BENKRAIEM

No votes yet.
Please wait...

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here