Leandro Schweitzer :«Afrique du Nord: Challenges, Climat et Economie.»

0
315
Leandro Schweitzer, Project Officer MENA, Green Works, HIVOS

Interview avec Leandro Schweitzer, Project Officer MENA, Green Works, HIVOS.

Pouvez-vous vous présenter en quelques lignes ? Parlez-nous de votre parcours, ce qui vous a mené à ce que vous faites aujourd’hui ? 

Je m’appelle Leandro Schweitzer. Je suis un spécialiste du développement du secteur privé. En tant que praticien du développement, je me suis toujours efforcé de dynamiser les écosystèmes entrepreneuriaux dans le Sud global. Ma première expérience a été la gestion d’une politique publique dans mon pays, l’Argentine, par laquelle j’ai mis en relation des investisseurs de capital-risque avec des start-ups cherchant à lever des fonds et à étendre leurs activités à toute l’Amérique latine. Par la suite, j’ai travaillé en tant que consultant indépendant à l’évaluation de diverses politiques publiques et de programmes de développement visant à aider les PME à accéder à des financements dans divers pays d’Amérique latine tels que le Guatemala et le Nicaragua.

Mon rôle chez Hivos consiste à coordonner une trajectoire d’accélération pour les entreprises sociales d’Afrique du Nord. Nous menons ce programme en partenariat avec des alliés locaux en Afrique du Nord. Nos pays cibles sont l’Égypte, la Tunisie et l’Algérie. Nous le faisons avec la ferme conviction d’aider les jeunes à trouver des emplois durables dans des secteurs d’avenir.

Tous nos programmes sont basés sur une assistance technique et des transferts de fonds sans participation au capital. Nous ne prenons pas de fonds propres dans les entreprises bénéficiaires en phase de démarrage. Nous voulons les accompagner dans leur cheminement vers l’extensibilité, avec l’ambition de créer des emplois tout en ayant un impact social et environnemental dans les activités liées à l’environnement. Pour ce faire, nous nous sommes associés en Tunisie à Impact Partner et Flat6Labs, dont la longue trajectoire dans la région les place dans une position unique pour apporter une grande valeur ajoutée aux entreprises qui sont non seulement guidées par leur volonté de faire des affaires, mais aussi par un engagement fort à conduire une transformation sociale dans leurs communautés.   

Sur le plan personnel, venant moi-même d’un pays en développement, je crois fermement que nous avons des entrepreneurs incroyablement talentueux qui émigrent de nos pays parce qu’ils ne trouvent pas les bons réseaux de soutien pour réaliser leurs rêves. Notre mission est d’aider à développer l’infrastructure nécessaire pour aider à retenir les talents dans nos pays. 

Nous voyons également une valeur macroéconomique intrinsèque dans nos activités. Nous visons à créer des emplois dans des secteurs qui paient des salaires élevés et sont orientés vers l’exportation, ce qui profite non seulement aux entrepreneurs et aux jeunes pousses, mais aussi aux pays où nous opérons. 

Hivos est une organisation d‘aide au développement guidée par des valeurs humanistes. Pouvez-vous nous parler du secteur Afrique que vous gérez ? 

Hivos mène divers projets aux propositions multiples et diverses. De l’égalité des sexes et de l’inclusion à la justice climatique, nous exploitons les défis cruciaux auxquels la région est confrontée. 

Le cœur de notre intervention pour les quatre prochaines années est de se concentrer sur le potentiel du secteur privé dans l’économie verte à fournir des emplois durables aux jeunes femmes et hommes. L’Alliance ‘GreenWorks’ vise à atteindre cet objectif en 1) recherchant des solutions innovantes basées sur le marché dans le cadre des économies numériques et vertes ; 2) en renforçant les capacités des intermédiaires locaux (organisations de soutien au développement des entreprises et centres d’employabilité) pour soutenir leurs activités de création d’emplois et de développement du secteur privé ; 3) en activant le potentiel de croissance des entreprises locales (upscaling) ; 4) renforcer les compétences d’avenir des jeunes (upskilling) et en s’attaquant à l’inadéquation entre l’offre et la demande sur les marchés du travail locaux (matchmaking).

Vous avez développé Greenworks, programme pour une économie verte en Tunisie. Pouvez-vous nous en dire plus ?

Avec ce programme, nous visons à relever de multiples défis. Nous pensons qu’avec les bonnes incitations, nous pourrions aider à libérer le grand potentiel dont dispose l’Afrique du Nord pour se positionner comme centre de gestion de projets écologiques dans les domaines de la gestion des déchets, du système alimentaire et des énergies renouvelables. La région a des possibilités incroyables de développer des solutions aux graves sécheresses, et un grand potentiel pour consolider une industrie autour de l’énergie solaire ou des biocarburants, pour ne citer que quelques exemples qui me viennent rapidement à l’esprit. Hivos, ainsi que nos partenaires, sont fermement engagés à contribuer à cette transformation, et à aider et accompagner les pionniers visionnaires qui dirigent leur entreprise guidée par le mandat de faire de ce monde un endroit meilleur. Par exemple, l’année dernière, Impact Partner a soutenu le Farm Trust, un marché qui assure la traçabilité des fruits et légumes biologiques et fournit une plateforme pour les consommateurs en ligne. C’est le genre d’exemples que nous voulons mettre en avant. 

Concrètement, quelle est la relation entre climat en Afrique et développement économique ? 

L’adaptation au changement climatique et l’atténuation de ses effets ouvrent une fenêtre d’opportunité à l’Afrique. De nouveaux instruments financiers tels que les obligations vertes pourraient aider à mobiliser des ressources qui n’étaient pas disponibles auparavant pour financer des projets d’investissement en Afrique. Plusieurs fonds d’investissement intègrent les pratiques ESG (critères Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance) au cœur de leurs organisations et ont fixé des objectifs écologiques pour leurs portefeuilles. Les activités extractives, telles que le pétrole et le gaz, perdent progressivement l’intérêt de la communauté des investisseurs et leur réputation auprès des consommateurs. De nos jours, tout le monde est conscient des graves dommages environnementaux causés par ces activités. Lorsque nous examinons les tendances macroéconomiques dans la région du Golfe, nous constatons qu’elles se déplacent vers une économie basée sur les services. 

Nous voyons des opportunités incroyables dans l’espace solaire, où ces dernières années ont vu un boom des poêles solaires. Un autre exemple pourrait être l’utilisation des déchets agricoles pour produire des granulés de biomasse. Ce sont des secteurs à relativement faible intensité d’investissement. Mais il existe aussi des projets à grande échelle comme les fermes solaires. Le Maroc, par exemple, est en train de bouleverser la région.

Des projets à venir dont vous souhaitez nous faire part?

Nous avons de grandes attentes à l’égard du mécanisme de fonds « Matching Fund » de contrepartie récemment créé. Il s’agit d’un instrument destiné à encourager les flux d’investissements providentiels en Afrique du Nord. L’idée est de faire correspondre les investissements à 50 % aux entreprises ayant une empreinte écologique claire, en accordant à la société bénéficiaire une subvention pour stimuler sa croissance .

No votes yet.
Please wait...

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here