Lamjed Boukhris :«CTAMA, des racines de l’innovation à la récolte de la solidarité.»

0
3333
CTAMA

Interview avec Lamjed Boukhris, Directeur Général de la CTAMA.

Depuis sa création, la Caisse Tunisienne d’Assurances Mutuelles Agricoles (CTAMA) accorde une importance, plus que particulière, à la politique de Responsabilité Sociétale des Entreprises. Il ne s’agit pas seulement d’accomplir quelques actions pour faire bonne image ou par obligation, mais nous comptons à ce jour, plusieurs actes désintéressés, qui ont réellement pour objectif de faire de notre pays, un pays plus uni et inclusif.

Dans cette interview, le directeur général de la CTAMA revient sur cette série d’engagements et d’actions.

Vous avez lancé cette année, le projet 100.000 dinars. De quoi s’agit-il ?

La CTAMA souhaite aider les jeunes entrepreneurs qui ont de réels projets innovants et impactant, faisant face à de nombreux obstacles. Ces jeunes, venant de toute la Tunisie et opérant dans tous les secteurs, sont à la recherche de financements, d’un reliquat de financement, d’un apport en fond propre pour accéder au financement des banques, d’un financement pour l’acquisition d’un besoin matériel, ou immatériel, d’un outil, ou bien pour la préparation d’un prototype.

Nous avons donc mobilisé une enveloppe de 100.000 dinars, qui sera répartie entre 8 ou 10 projets qui bénéficieront chacun d’un soutien financier allant de 5 à 15.000 dinars qui ne sont pas remboursables.

L’idée n’est pas seulement de donner de l’argent. Par exemple, si un entrepreneur a besoin d’une machine ou d’un serveur, du matériel en soi, un devis nous sera envoyé et nous nous chargerons de le payer.

Je pense que si l’on donne 15.000 dinars à un jeune, qui, de plus, vient de lancer son projet, il sera complètement perdu et risque de mal utiliser son budget face à la pression.

Le but est donc d’ aider financièrement, d’une part, mais également accompagner, guider et soutenir.

Il s’agit d’une initiative très importante, avec une «commission RSE jeune promoteur», qui va sélectionner les dossiers des candidats contenant une note explicative du projet, un document justifiant l’existence pour les sociétés déjà établies et les diplômes universitaires ou de formation professionnelle obtenus par l’intéressé.

La commission est composée de membres de la CTAMA, de l’Agence de Promotion de l’Industrie et de l’Innovation (APII) et de l’Agence de Promotion des Investissements Agricoles (APIA), un représentant d’une banque des affaires pour bien évaluer et guider les projets.

Les promoteurs sélectionnés seront par la suite convoqués courant le mois de janvier pour pitcher devant la commission.

Comment la CTAMA intègre-t-elle des initiatives de responsabilité sociale et environnementale dans ses opérations ?

Notre objectif est d’intervenir sur plusieurs secteurs et apporter notre aide aux personnes dont le besoin est bien senti. Plusieurs actions sont soutenues par l’amicale du personnel de la CTAMA.

Depuis 3 ans, nos employés ont accepté qu’on retienne une somme de leur salaire, chaque ramadan. Le total cotisé est par la suite distribué aux patients d’environ 10 hôpitaux.

Nous avons également considéré important d’aider l’hôpital Razi de Manouba et ses patients. Nous nous sommes convenus avec la direction de l’hôpital de visiter les patients une à deux fois par an, passer un peu de temps avec eux, leur offrir un déjeuner et leur apporter un sac, selon leurs besoins. Nous avons également organisé  avec notre chanteur Lotfi Bouchnek qui a accepté de chanter bénévolement devant les patients et le corps médical de l’hôpital.

C’était très important pour nous d’apporter notre pierre à l’édifice dans le domaine de l’éducation. 

Aussi l’entreprise a aussi distribué, début de la présente année scolaire 450 cartables contenant toute la fourniture scolaire aux élèves d’une délégation des régions de l’intérieur du pays.

La sécurité routière est un thème qui nous tient également à cœur. Nous avons lancé plusieurs campagnes de prévention et de sensibilisation, notamment à la radio et des campagnes sur terrain, sur toute la Tunisie, en partenariat avec l’Observatoire National de Sécurité Routière et une des radios qui a accepté de nous accompagner et nous soutenir dans cette action qui consiste à distribuer des gilets fluorescents pour les motocyclistes et des extincteurs pour les voitures.

Qu’en est-il de votre politique RSE interne ?

Nous avons tendance à oublier qu’il est primordial d’appliquer sa politique RSE de manière interne aussi. Nos employés ne sont pas seulement des employés, ce sont également des personnes à part entière, des citoyens, des mères ou des pères de famille. C’est aussi important de les prendre en considération, de les soutenir et de les motiver.

Nous avons une action, qui est assez atypique, qui consiste à attribuer une prime sous forme d’échelon ou une promotion professionnelle qu’on a appelée «Echelon El Fikr» aux employés qui lisent un livre et le présentent devant une commission d’évaluation. Nous faisons cela une fois par an et c’est agréable de voir de nombreux employés de tout âge jouer le jeu, depuis maintenant près de 3 ans. Nous veillerons avec l’appui du personnel qui est porteur à développer encore plus ce type d’action de solidarité.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here