La Tunisie lance un plan d’investissement de 36 milliards de dinars pour moderniser le secteur du transport ferroviaire

0
1041

La Tunisie se positionne comme un acteur favorisant l’investissement dans le secteur du transport intelligent et l’utilisation de nouvelles techniques, tout en encourageant le partenariat.

Le ministre du Transport, Rabii Mejidi, a annoncé que le pays envisage d’investir 36 milliards de dinars d’ici 2040 dans le secteur du transport ferroviaire.

De plus, une étude sur une ligne ferroviaire africaine à forte rentabilité est en cours de lancement.

Lors de sa participation à la 17e édition de la Conférence et du salon ferroviaire du Moyen-Orient à Abu Dhabi, le ministre a souligné que la Tunisie dispose de bases solides pour renforcer la coopération internationale et enrichir le partenariat dans le domaine du transport ferroviaire, ce qui aurait un impact positif sur la coopération régionale.

Le ministre a évoqué une vision stratégique pour le secteur du transport et de la logistique à l’horizon 2040, qui comprend un ensemble de réformes et d’investissements durables.

Ces initiatives comprennent 47 projets d’infrastructures, représentant un investissement total estimé à 68 milliards de dinars.

Il a souligné que le transport ferroviaire est une priorité absolue dans le plan directeur national du transport en Tunisie.

Un ambitieux plan d’investissement de 36 milliards de dinars a été proposé, avec une grande partie du projet prévue dans le cadre de partenariats public-privé (PPP).

Mejidi a également indiqué que la Tunisie prévoit de restructurer les entreprises actives dans le domaine du transport ferroviaire, de développer les ressources humaines et la législation, ainsi que d’améliorer le transport urbain ferroviaire dans les villes et les quartiers. Cela sera réalisé par l’achèvement du projet du réseau ferroviaire rapide (RFR) dans le Grand Tunis.

Le RFR comprend 5 lignes couvrant une distance de 86 km et desservant plus de 600 000 habitants par jour grâce à 28 trains rapides.

De plus, le projet du réseau de métro de Sfax comprend 5 lignes s’étendant sur 70 km et assurant le transport de 600 000 habitants par jour.

Le gouvernement travaille actuellement sur l’extension du réseau du métro léger du Grand Tunis, ainsi que sur la connexion de la région du Lac de Tunis à ce réseau, sur une distance de 15 km, au bénéfice de 300 000 à 350 000 habitants.

Le ministère des Transports prévoit également la réhabilitation et la modernisation de 50 à 80 wagons de métro léger entre 2024 et 2026, pour un coût estimé entre 150 et 350 millions de dinars. De plus, l’acquisition de 54 nouveaux wagons de métro est prévue pour un coût de 540 millions de dinars.

La Tunisie vise également à augmenter le transport de phosphates par le réseau ferroviaire à 9 millions de tonnes par an. À cet effet, des fonds seront alloués à la réhabilitation des wagons existants et à l’acquisition de 600 nouveaux wagons, pour un coût d’environ 300 millions de dinars. Des plans sont également en place pour l’interconnexion des zones logistiques.

En tant que présidente de l’Union Africaine des Chemins de Fer, la Tunisie a entrepris des efforts visant à dynamiser cette union et a lancé une étude sur la mise en place d’une ligne ferroviaire rentable. Cette ligne permettra de relier le nord et le sud de la Tunisie à l’Algérie et à la Libye, et s’étendra vers l’Afrique de l’Ouest en traversant le Sahara via l’Algérie et La Goulette.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here