La Tunisie en quête de coopération internationale pour stimuler la croissance

0
244

La Tunisie prend part, du 15 au 20 avril, aux réunions de printemps 2024 du Groupe de la Banque mondiale (GBM) et du Fonds monétaire international (FMI). Lors de cet évènement, la Tunisie est représentée par une délégation officielle dirigée par la ministre de l’Economie et de la Planification, Feriel Ouerghi, qui comprend également le gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie (BCT), Fethi Zouhair Nouri, ainsi que la directrice de Cabinet du Chef du Gouvernement, Samia Charfi.

Dans le cadre de cette participation, la ministre de l’Économie et de la Planification, Feriel Ouerghi, a récemment échangé à Washington avec le nouveau vice-président de la Banque mondiale pour la région Moyen-Orient et Afrique du Nord, Ousmane Dione.

L’échange entre la ministre tunisienne et le responsable de la Banque mondiale, le 17 avril dernier, a mis en lumière l’engagement continu de la Banque à soutenir les réformes et le développement en Tunisie. Particulièrement, l’accent a été mis sur les secteurs de l’eau et de la transition énergétique, deux domaines d’une importance capitale pour l’avenir économique du pays.

Dans le prolongement de cette rencontre fructueuse, la délégation tunisienne a également eu l’opportunité de discuter avec Sergio Pimenta, vice-président régional de la Société financière internationale (SFI) pour le Moyen-Orient et l’Afrique. Les discussions ont principalement porté sur le soutien à l’investissement et l’amélioration du climat des affaires en Tunisie. La ministre a souligné la volonté d’étendre la coopération avec la SFI à d’autres secteurs prometteurs tels que la numérisation et les partenariats publics-privés, en plus de l’aménagement de zones industrielles spécialisées.

En outre, une troisième réunion a réuni la délégation tunisienne et Marie-Laure Akin-Olugbade, vice-présidente de la Banque africaine de développement (BAD). Les échanges ont porté sur la coopération actuelle entre la Tunisie et la BAD, ainsi que sur les perspectives de renforcement dans des secteurs clés tels que l’emploi, l’enseignement supérieur, l’eau, l’agriculture et les industries pharmaceutiques.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here