La 37ème édition des Journées de l’Entreprise : Mot d’ouverture de Taieb Bayahi, président de l’IACE

0
385

Madame la Ministre, 

Vos Excellences Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs, 

Chers Invités, 

Chers Amis, 

Soyez les bienvenus en cette occasion de notre 37ème édition des Journées de l’Entreprise organisées sous le Haut patronage de la Présidence de la république Tunisienne et organisées comme tous les ans par l’IACE,  

                                Institut Arabe des Chefs d’Entreprises 

Le choix de ce thème qui est celui de : 

 

« L’Entreprise et l’Informalité : Inégalités et Solutions en Suspens » 

 

S’est imposé à nous par l’importance qu’il revêt depuis plusieurs décennies et que nous avons toujours traité de manière beaucoup plus périphérique que centrale comme cette année.  

 

 

 

En effet, comment passer à côté de ce qui représente plus du tiers de notre économie d’après les évaluations les plus conservatrices, et au moins aussi importantes que les supposés deux tiers restants des secteurs privés organisés et du secteur public. 

 L’acuité de cette problématique s’est encore plus imposé à nous cette année, par la situation politique, économique et sociale que traverse non seulement notre pays, mais celle que traverse le monde aggravé par une situation géopolitique inédite.   

Ces sujets centraux, que sont :    L’Informalité et les Inégalités 

Transcendent désormais les frontières, impactent notre vie, mais également la vie de centaines de millions de personnes à travers le monde.  

Deux réalités qui sont, par plusieurs aspects très liées, et qui nous mettent en tant que secteur privé et mais également celui de l’Etat devant des défis complexes à relever. 

Mesdames et Messieurs, 

Je pense ne pas exagérer pour dire que le monde vient de vivre et continue à vivre depuis trois ans, une période exceptionnelle de bouleversements politiques et géopolitiques profonds. 

Ces bouleversements le marqueront de manière indélébile et le changeront de manière non moins irréversible. 

  Changements qui ont été les conséquences des épreuves : 

  • D’une crise sanitaire sans précédent, celle du Covid 19, 
  • De la Guerre entre la Russie et l’Ukraine qui a éclatée en 2022 et qui est loin d’être terminée. 
  • Et comme cela ne suffisait pas, le rebondissement du conflit du Moyen-Orient en Palestine occupée depuis 70 ans, qu’on a feint d’ignorer car conflit considéré, à tort, comme étant de basse intensité.  

Celui-ci s’est réimposé à nous de manière inouïe, un certain 07 octobre 2023, plongeant cette région du monde et le monde tout entier dans une grande incertitude, et où, quelle qu’en sera l’issue, ne sera plus comme avant.  

 

Ces évènements, ont remis en question les fondements même de l’ordre économique international dans lequel nous sommes installés et habitués, et à vivre de manière aussi confortable et peut-être même par certains aspects assez égoïste. 

 

 

Ils ont remis également en question certaines de nos plus solides convictions, mettant dans la lumière la plus crue, nos vulnérabilités accentuées par les enjeux environnementaux, tels que le changement climatique et la rareté des ressources naturelles et en particulier la plus importantes d’entre elle : Celle de l’Eau. 

 

Je me permets, Mesdames et messieurs de vous rappeler que nous avons alerté, déjà l’année passée, durant la 36ème session des Journées de l’Entreprise, de l’importance à tenir compte des menaces sérieuses que je viens d’évoquer et qui ont pesé sur nos intérêts vitaux et auxquels nous devons le plus veiller et qui constituent : 

                Notre sécurité économique et souveraineté nationale 

Mesdames et Messieurs, 

 

Ceci est le contexte et cadre général, particulièrement compliqué, dans lequel nous traiterons et aborderons ce défi crucial et qui a des implications profondes sur notre société : 

                                               L’Informalité 

 

Celle-ci touche : 

-Le tiers de notre économie, c’est-à-dire le tiers de notre Produit intérieur Brut. 

-Emploie près de la moitié de la population, soit 45 %, d’après plusieurs évaluations.  

– Elle constitue donc la principale source de revenu pour la moitié des tunisiens. 

– Elle est une économie à faible productivité et revenus. 

-Si elle est le reflet de diverses formes d’inégalités économiques, sociales et régionales, 

– Elle est surtout associée à l’Evasion et l’injustice fiscales,  

– À la concurrence déloyale,  

– Au non-respect du droit des travailleurs, 

 – Ainsi qu’au non-respect des lois et règles en vigueur  

– Et par-dessus tout, à la corruption de toute la société. 

 

Voilà, Mesdames et Messieurs, le mélange détonnant qui nous préoccupe aujourd’hui, et dont les enjeux pour la Tunisie et pour tous les pays concernés sont absolument vitaux. 

Mesdames et Messieurs, 

 

Je ne pense pas que nous divergerons sur ces différents aspects de la définition,  

-Ni sur le constat selon lequel, l’informalité est un véritable poison, qui aime à se généraliser, créant une véritable métastase cancéreuse dans le corps économique du pays, 

-Ni, cela va de soi, sur la nécessité de l’éradiquer. 

 

Car l’Informalité n’a pas fini de compromettre et d’entraver durablement le potentiel de notre croissance économique, de notre stabilité sociale ainsi que mettre en péril :  

 

                La Pérennité de L’Entreprise et de Continuité de l’Etat 

 

Fondements mêmes de notre démocratie. 

 

 

 

 

 

 

 

C’est pour toutes ces raisons que nous devons être intransigeants et implacables dans notre lutte contre l’informalité source de corruption : 

 

  1. En renforçant notre Etat de droit, 
  1. En favorisant la transparence, à tous les niveaux de l’Etat, et des entreprises, 
  1. En simplifiant les procédures et règlementations, 
  1. En réduisant les autorisations, qui sont principales sources de favoritismes et de corruption. 
  1.  

Pour ne citer que ceux-là. 

 

 

 

 

 

 

 

Mesdames et Messieurs, 

 

Nous prenons pleinement conscience aujourd’hui de l’incapacité des systèmes actuels de gouvernance à appréhender ce phénomène avec ce que l’on sait de sa propagation à tous les niveaux de notre société et sous diverses formes.  

 

Notre incapacité à y faire face, menace de miner notre confiance ainsi que celle de nos concitoyens dans nos institutions car elle compromet :  

La justice sociale,  

La justice tout court,  

Et d’entraver durablement le développement de notre économie.  

 

 

 

 

 

Mesdames et Messieurs, 

Si nous sommes aujourd’hui à peu près d’accord sur le constat, et sur ce qu’il faut faire, je pense que nous sommes tous à la recherche du Comment le faire. 

J’aurai bien aimé que cela puisse se faire par un simple trait de plume, on en serait tous les plus heureux. 

Mais je crois que c’est bien plus compliqué que cela et que si c’était aussi facile cela se saurai.  

 

  1. Cela nécessite tout d’abord une volonté politique forte. 
  1. Une adhésion populaire totale. 
  1. Une application implacable et juste de l’Etat de droit. 
  1. L’application de réformes économiques, sociales et règlementaires qui peuvent paraitre injustes mais qui doivent nécessairement être accompagnés de mesures à même de protéger les plus vulnérables, sans quoi, il serait illusoire d’emporter l’adhésion de tous et qui est une condition sine qu’anone, non seulement pour la réussite de ce projet mais pour l’application des simples valeurs humaines qui sont les nôtres.  

 

Mesdames et Messieurs, 

 

C’est dans ce contexte particulièrement difficile, que nous tenons Nos Journées de l’Entreprise. 

Nous considérons que les Entreprises tunisiennes, en majorité familiales, et pour la plupart d’entre elles performantes et compétitives malgré ce contexte, car patiemment développées durant plusieurs générations, doivent résister à continuer de consolider les efforts de l’Etat.  

 

Ces entreprises privées ne cessent pourtant d’être vilipendées alors qu’elles seules sont créatrices de richesses et d’emplois pérennes. 

Ce sont les premières, et pour la plupart d’entre elles les victimes de l’informalité.  

Elles prennent, malgré tout, pleinement conscience qu’il est également de leur responsabilité e combattre l’informalité pour un meilleur Etat, une meilleure vie de nos concitoyens.  

 

 

Cela, et nous le savons, nécessite un engagement ferme de transparence, d’éthique et d’efficacité.  

Car c’est cela avant tout d’être citoyen, et ce quelque que soit le rôle que nous ayons dans notre société.  

 

Alors travaillons ensemble pour construire un État plus fort, plus Juste et plus Efficace. 

 

Cela y va de notre avenir et celui de nos enfants. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Chers amis,  

 

Il est temps que je cède maintenant la parole à  

Mme la Ministre, Mme Kalthoum BEN REJEB,  

Ministre du commerce et du développement des exportations.  

 

Avant cela, permettez-moi juste d’exprimer ma sincère gratitude envers notre coordinateur exceptionnel, M. Amine BEN AYED. 

Amine n’a malheureusement, pu être présent parmi nous en cet évènement pour des raisons de santé.  

Nous pensons beaucoup à lui, et lui transmettons nos meilleurs vœux de prompt et complet rétablissement. 

 

Je vous remercie, 

Mesdames et Messieurs, 

Et déclare  

Ouverte la 37ème session des Journées de l’Entreprise 2023.  

 

Bonnes Journées de l’Entreprises à Tous ! 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here