L’agriculture et la réforme des entreprises publiques au cœur des engagements de l’AFD

0
1811

A l’occasion de la tenue le 5 octobre 2017 du Haut Conseil Bilatéral de Coopération franco-tunisien (HCBC) placé sous la coprésidence du Premier ministre français, M. Edouard Philippe, et du Chef du Gouvernement tunisien, M. Youssef Chahed, l’Agence Française de Développement (AFD) a formalisé avec le ministère du Développement, de l’Investissement et de la Coopération Internationale (MDICI) une convention de financement d’un montant de 62 M € en faveur du Programme de Relance de l’Investissement et de Modernisation des Exploitations Agricoles (PRIMEA).

Par ailleurs, une lettre d’intention a également été signée sur un soutien attendu de la part de l’AFD en faveur de la réforme des entreprises publiques tunisiennes.

Ces signatures s’inscrivent dans une série de financements publics et privés octroyés par l’AFD dans le cadre du HCBC et des Rencontres Africa pour un montant total de 92,3 M € et de déclarations d’intentions vis-à-vis de l’Etat tunisien et de la Caisse des Dépôts et Consignations tunisiennes.

A l’heure où le groupe AFD fête ses 25 ans d’activité en Tunisie, ces financements et nouvelles marques d’engagements viennent confirmer son soutien renforcé à la Tunisie.

Une convention de financement pour accompagner les exploitations agricoles dans leur modernisation (62 M€)

Ce programme, qui bénéficiera également d’une contribution de l’Union européenne (10 M €) et de l’Etat tunisien (34,2 M €), vise à soutenir l’Etat tunisien dans la mise en œuvre du volet agricole de la nouvelle Loi sur l’investissement. Il consiste à améliorer le mécanisme d’aides directes de l’Etat au financement des investissements des exploitations agricoles, et à déployer un dispositif de conseil technicoéconomique performant, permettant d’accroitre la compétitivité des exploitations agricoles tunisiennes. Il s’agit dans la pratique d’accompagner les exploitations agricoles dans la définition de leurs projets d’investissement et de modernisation pluriannuels (5 ans), et de financer ces projets.

Ce sont les territoires ruraux tunisiens les plus vulnérables qui vont bénéficier des effets de l’amélioration de la compétitivité et de la rentabilité de l’agriculture tunisienne, conduisant à une augmentation des revenus et à la création d’emplois.

Ce programme intègre un partenariat institutionnel entre les ministères tunisien et français de l’agriculture. Il inclut une meilleure prise en compte du genre dans la politique d’aide à l’investissement agricole (gender budgeting).

Le programme devrait concerner au total 60 000 exploitations agricoles. Environ 6 700 exploitations agricoles et 250 organisations professionnelles bénéficieront du dispositif de conseil technico-économique sur les cinq premières années du programme. En vitesse de croisière, ce dispositif sera en capacité d’accompagner 6 000 exploitations par an. On estime qu’en 2022, le programme aura généré une hausse de 235 M € de la valeur ajoutée agricole annuelle.

Une lettre d’intention aux réformes de la gouvernance des entreprises publiques

En appui aux réformes structurelles et prioritaires du gouvernement, l’AFD, sur requête des autorités tunisiennes, s’est engagée dans l’instruction d’un prêt de politique publique d’un montant de 100 M €, visant le financement de la réforme de la gouvernance des entreprises publiques. Il serait accompagné d’une composante d’assistance technique financée sur subvention d’un montant d’1 M €.

L’AFD entend ainsi soutenir la mise en œuvre des deux premiers piliers de la stratégie du  gouvernement de réforme des entreprises publiques, portant sur :

· la refonte du système de gouvernance globale de ces entreprises par l’accompagnement de l’Etat dans sa capacité de pilotage de son portefeuille de participations ;

· la refonte de la gouvernance interne des entreprises publiques, qui implique la responsabilisation et la professionnalisation des conseils d’administration, l’amélioration des mécanismes de contrôle interne et externe et de la transparence.

L’AFD, en accord avec la Présidence du gouvernement qui pilote cette réforme et en cohérence avec le protocole d’accord qu’elle a signé en novembre 2016 lors de la Conférence Tunisia 2020 avec le MDICI sur son soutien renforcé à la Tunisie, s’engage par cette lettre d’intention à appuyer techniquement et financièrement dans un terme proche la mise en œuvre de cette stratégie de réforme des entreprises publiques

25 ans de partenariat entre le Groupe AFD et la Tunisie

Le groupe AFD qui intervient en Tunisie depuis 1992 y déploie l’ensemble de ses outils de financement (prêts, subventions, garanties, participations) en faveur de l’Etat, des entreprises publiques et privées, des institutions financières (banques, fonds d’investissement, microfinance…), des collectivités locales et du secteur associatif.

Depuis le début de ses activités en Tunisie, le groupe AFD a soutenu environ 150 projets et programmes avoisinant les 2,5 milliards d’euros d’engagements financiers. Son activité est déployée sur un large éventail de thématiques : agriculture, accès à l’eau et à l’assainissement, transport, formation, professionnelle, développement urbain, microfinance, etc. Depuis 2011, l’engagement du groupe AFD  en Tunisie n’a cessé de progresser. Cet effort est appelé à se renforcer, comme en témoigne l’officialisation fin 2016 d’un  engagement de 1,2 milliard d’euros sur la durée du nouveau plan quinquennal tunisien.

En réponse à la demande de l’Etat tunisien, son action se concentre plus particulièrement désormais sur le développement des territoires, la création d’emplois et les réformes structurelles.

 

No votes yet.
Please wait...

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here