Jamel Mokadem: « Sur le marché automobile il y a de la place pour tout le monde »

0
2435

Interview avec Jamel Mokadem, Directeur général de Transvet.

« BAIC Automotive Group » constructeur automobile et de camions chinois, classé dans le top 5, a fait depuis plus d’une année son entrée sur le marché tunisien à travers son concessionnaire officiel tunisien « TransVet » issu d’un partenariat entre les Groupes Doghri et Mokadem. L’impressionnante montée en gamme des constructeurs chinois comme BAIC est en train de changer la configuration du marché automobile national…Interview

Quel est actuellement le positionnement du groupe BAIC sur le marché mondial et son positionnement sur le marché tunisien?

Sur le marché mondial le groupe BAIC occupe aujourd’hui la cinquième place sur le marché automobile. C’est un groupe chinois qui détient plusieurs marques de renommée et se développe d’une manière remarquable. Il a dernièrement pris une participation à hauteur de 10% dans le capital de Mercedes. Sur le marché tunisien il est présent depuis presque une année et les premiers retours des clients sont très satisfaisants.

Comment est née l’idée de ce partenariat entre le groupe « Transvet » et le groupe BAIC ?

Au lendemain de la révolution on a senti qu’il y a un vide à combler sur le marché automobile national en introduisant des marques chinoises fiables pour en faire profiter le consommateur tunisien et ajouter un nouvelle offre à la panoplie des choix existants Le vent de la révolution devait souffler aussi sur le secteur automobile dans ce sens que le tunisien puisse profiter de nouvelles offres de véhicules performants mais à bon prix .Nous avons toujours entretenu des relations avec des constructeurs chinois mais la libéralisation progressive du marché local du système dans lequel il était cantonné nous a encouragé à aller de l’avant et conclure ce partenariat avec le groupe BAIC .

On assiste depuis deux ans à un renforcement de la concurrence dans le domaine automobile avec le débarquement de plusieurs marques asiatiques. Y-t-il de la place pour tout le monde?

Oui absolument, il y a de la place pour tout le monde, et le renforcement de la concurrence ne peut que servir l’intérêt du tunisien avec le lancement de nouvelles offres attractives surtout de la part des constructeurs chinois qui sont en train de changer la configuration du marché.

Le tunisien achète conventionnellement européen, Comment vous avez défendu cette marque chinoise et comment comptez-vous l’installer dans l’esprit du consommateur local ?

Je crois que cette idée est maintenant révolue et les marques asiatiques déjà présentes sur le marché tunisien l’ont complètement chassée de la tête du consommateur. Les  marques européennes n’ont plus le monopole du marché et les tunisiens migrent allègrement vers les marques asiatiques car d’égale robustesse et surtout moins chères.

Le secteur automobile bouge à un rythme soutenu mais la législation notamment le système des quotas, est au pas mort, Ce système divise encore les opérateurs du secteur. Quelle est votre position là-dessus?

Il faut comprendre et admettre que le système des quotas a une visée protectionniste, Nos réserves en devises ne nous permettent pas encore de libérer complètement le secteur. L’Etat ne peut que continuer à réguler le secteur même si d’autres solutions existent pour limiter l’incidence du secteur sur nos réserves en devise notamment à travers l’encouragement de l’assemblage local.

No votes yet.
Please wait...

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here