ITCEQ : Résultats de l’enquête annuelle sur le climat des affaires et la compétitivité des entreprises en Tunisie

0
281

L’Institut tunisien de la compétitivité et des études quantitatives (ITCEQ) vient de dévoiler les résultats de sa 21ème enquête annuelle sur le climat des affaires et la compétitivité des entreprises.

Cette enquête effectuée sur un échantillon de 1 726 entreprises pour ce qui est du climat des affaires, et de 1 350 entreprises en ce qui concerne les stratégies compétitives couvre la période du premier semestre 2021.

L’indicateur synthétique de perception du climat des affaires (IPCA) : 

Pour l’année 2020, l’indicateur synthétique de perception du climat des affaires (IPCA) qui s’élève à 48,6 a atteint pour la première fois un niveau inférieur au seuil de 50. D’après les auteurs de l’enquête ce résultat est synonyme d’une satisfaction basse concernant le climat des affaires étant donné que plus l’IPCA, se rapproche de 100, plus le climat des affaires est jugé favorable. A titre comparatif, cet indicateur 59,5 en 2019.

Les principales contraintes impactant le climat des affaires sont le climat politique, la corruption, le climat social, le financement bancaire, les pratiques dans le marché et le cadre macro-économique et juridique.

L’indicateur du climat politique :

Le climat politique est le facteur principal ayant causé la détérioration de la perception du climat des affaires en 2020.

En effet, la plus forte baisse enregistrée concerne l’indicateur du climat politique atteignant un score de 30,1, avec 70% des entreprises considérant que le climat politique est une contrainte majeure. Les sondés considèrent que son instabilité est une raison pour laquelle près du tiers des entreprises n’ont pas investi en 2020.

La corruption, le climat social, les pratiques dans le marché, les procédures administratives et le financement bancaire ont également contribué à cette baisse avec des scores variant entre 45,2 et 34,1.

Par ailleurs, 69% des entreprises estiment que la corruption est une contrainte majeure, soulignant que la digitalisation des services administratifs est le principal moyen de lutte contre la corruption.

D’après cette enquête, la majorité des entreprises sondées ont confié avoir été négativement impactées par la pandémie du covid.

Leurs indicateurs d’activité ont révélé :

– Baisse de 70% de la productivité/activité,

– Baisse de 72% du chiffre d’affaires,

– Baisse de 71% des exportations,

– Baisse de 61% des parts de marché.

Investissement : 

Plus de 80% des entreprises n’ont pas réalisé d’investissement en 2020, dont près de 30% l’expliquent par le Covid-19. 

Plus des deux tiers des entreprises signalent avoir dû suspendre leur activité en 2020 pour des raisons directement (confinement obligatoire) ou indirectement liées au Covid-19.

Mesures de soutien au titre du Covid-19 : 

Seules 30% des entreprises ont révélés avoir bénéficié des mesures de soutien au titre du Covid-19, qui concernent un appui financier (crédit covid-19) et des mesures sociales (indemnisation des salariés et report des cotisations CNSS).

Pour celles qui n’ont en pas bénéficié :

– 30% ont dénoncé la complexité des procédures, 

– Le quart n’en ont pas besoin,

– 18% ont vu leur demande rejetée.

Résilience des entreprises :

Concernant la résilience des entreprises, certaines ont recouru à la réorganisation du travail en optant pour la réduction de l’horaire (29%), le travail par équipe (21%) et pour le télétravail (14%).

Plus de la moitié des entreprises ont rencontré des problèmes d’approvisionnement et 57% ont préconisé la diversification des sources d’approvisionnement pour faire face à ces risques, tandis que d’autres stratégies plus coûteuses comme le surstockage sont préconisées par 37% des entreprises.

No votes yet.
Please wait...

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here