Innovation inclusive : Comment Sofrecom Tunisie transforme la Tech en un terrain équitable

0
3163

Interview avec Hager Almi, directrice communication, RSE et relations extérieures chez Sofrecom Tunisie 

Comment Sofrecom intègre-t-il la Responsabilité Sociale des Entreprises (RSE) dans sa stratégie globale ?

Sofrecom, en tant que groupe présent sur plusieurs géographies, s’attache à promouvoir et à généraliser un ensemble de pratiques et de comportements professionnels responsables, qui sont au service de toutes nos parties prenantes : Employés, Clients, Fournisseurs et Partenaires. Tout en essayant de s’inscrire dans la démarche du Groupe auquel appartient Sofrecom Tunisie, nous essayons de dépasser notre rôle économique en Tunisie pour avoir un impact sur notre écosystème et préserver notre environnement. Sofrecom Tunisie a développé sa vision RSE autour de 3 axes : inclusion numérique, respect de l’environnement et égalité professionnelle.

Nous accordons une attention particulière à nos parties prenantes et nous faisons une revue périodique de nos actions afin de nous assurer de leur conformité avec l’évolution de notre secteur d’activité. Dans notre activité, à titre d’exemple, les universités constituent un acteur central présent dans plusieurs projets stratégiques de l’entreprise en relation avec le parcours académique et les recrutements.

Un autre axe stratégique qui est au cœur de nos initiatives est celui de faire du numérique un levier de développement durable en matière d’environnement. C’est un engagement qui se traduit concrètement par des efforts pour la réduction de notre empreinte carbone.

La promotion de la diversité et de l’inclusion s’inscrit aussi au niveau de nos initiatives, via des actions menées avec différentes parties prenantes.

Vous avez récemment lancé le programme de mentorat Elle’it Network, quelles autres actions Sofrecom a entrepris pour promouvoir l’égalité professionnelle au sein de l’entreprise ?

Chez Sofrecom Tunisie, avec un taux de parité de 54%, nous avons voulu créer une dynamique autour du sujet de la femme dans la tech et promouvoir les métiers de demain avec le programme de mentorat féminin ELLE’IT NETWORK. Mettre à disposition nos expertes pour coacher et orienter les futures jeunes ingénieurs et techniciennes supérieurs vers les choix de carrière en phase avec la réalité du secteur numérique et du monde de l’entreprise. Cette initiative fait partie d’un ensemble de mesures facilitatrices appliquées à l’échelle de l’entreprise. Cela passe dans un premier temps par une égalité de rémunération des Collaborateurs à compétences égales, sans discrimination tant à l’embauche qu’en formation et lors des promotions. Ensuite, le suivi se fait au niveau de l’espace de travail inclusif, au respect de l’équilibre vie personnelle et vie professionnelle avec une politique RH qui permet de travailler sereinement… Nous menons aussi des ateliers de sensibilisation sur les biais de genre et des formations de sensibilisation pour les équipes.

Afin de formaliser cet engagement, Sofrecom Tunisie s’est lancé volontairement dans une démarche de certification GEEIS pour évaluer et mesurer les actions de l’entreprise pour l’égalité professionnelle et la diversité. Cette certification nous rend redevable d’un plan d’action sur 4 ans portant sur divers volets, à savoir : l’évaluation de la politique de l’égalité professionnelle et la diversité, les actions de sensibilisation, de formation et pratiques RH et managériales, ainsi que les initiatives pour encourager l’égalité professionnelle dans tous les métiers et tous les niveaux managériaux et les actions favorisant l’émergence d’une culture commune et visant à concilier les temps de vie et à agir sur l’organisation du travail.

Tout ce que nous venons de citer fait que l’égalité ne soit pas uniquement des chiffres mais une culture commune vers laquelle convergent toutes les actions de l’entreprise.

La technologie est souvent un secteur où les femmes sont sous-représentées. Pourriez-vous nous parler des initiatives spécifiques de Sofrecom visant à encourager la participation et la progression des femmes dans les métiers de la tech en Tunisie ?

En effet, le secteur technologique au niveau mondial souffre d’un manque de représentativité de la femme. En Europe par exemple en 2022, les femmes n’occupent que 22% des emplois tech. Il y a encore du chemin à faire surtout le top management, où moins de 20% des postes de direction dans l’industrie de la technologie sont occupés par des femmes selon l’ONU. Pourtant, inciter plus de femmes à rejoindre le secteur numérique représenterait une grande opportunité commerciale selon le rapport Gender Snapshot 2022 des Nations-Unies. Selon ce même rapport, l’exclusion des femmes du monde numérique a réduit d’1 billion de dollars le PIB des pays à revenus faibles et intermédiaires au cours de la dernière décennie -une perte qui atteindra 1,5 billion de dollars d’ici 2025 si rien n’est fait. Heureusement, la Tunisie est classée première parmi les pays arabes, cela est possible grâce à un accès égal aux parcours scientifiques et techniques. Les Tunisiennes excellent en STEM (sciences, tech, ingénierie et mathématiques) avec la deuxième place en pourcentage des femmes diplômées des filières scientifiques de l’enseignement supérieur sur 114 pays. Sofrecom Tunisie profite de ce contexte pour encourager le recrutement des femmes à tous les postes techniques et transverses avec une vision générale d’attirer et de développer des talents de tous horizons, avec des expériences différentes.

Nous sommes partenaires de plusieurs universités et écoles sur tout le territoire tunisien pour faciliter l’accès des jeunes à l’emploi à travers de multiples offres de stages et d’alternance où le taux de participation des femmes est surveillé pour assurer une égalité à ce niveau : nous avons eu 81 stagiaires PFE dont 40 femmes en 2023 ainsi que 24 alternantes sur un total de 47.

Comment Sofrecom mesure-t-elle l’efficacité de ses initiatives en matière d’égalité professionnelle ? Avez-vous des indicateurs clés de performance (KPI) spécifiques liés à cet objectif ?

Justement, la certification GEEIS nous a mené vers le chemin du reporting et du dashboarding afin de surveiller nos taux et nos indicateurs. La composante Gender est suivie dans les recrutements, les stages, les formations, la participation aux panels et aux salons… Sur le plan financier, le gap salarial est constamment étudié pour identifier les causes et le minimiser. Plus généralement, dans notre démarche RSE, nous sommes sur le chemin de la conformité avec les normes ISO 26000 et nous travaillons sur un plan d’action inclusif avec les filiales du groupe.

Sofrecom collabore-t-elle avec des organisations externes, telles que des associations ou des institutions, pour renforcer ses efforts en faveur de l’égalité professionnelle et de la promotion des femmes dans la tech ?

Oui, nous nous appuyons sur des partenaires qui respectent les valeurs et principes d’égalité et qui ont la même démarche égalitaire volontaire afin d’œuvrer vers un impact plus grand. Sur le plan entreprenariat, nous travaillons étroitement avec Orange Fab pour détecter des potentiels startup tech dirigées par des femmes et étudier les possibilités de partenariats, nous avons déjà signé des contrats avec deux femmes start-uppeuses issues de deux cohortes de ce programme d’incubation.

Sur le plan des partenariats, nous veillons à choisir des acteurs alignés sur nos principes aussi, nous avons choisi une startup d’entreprenariat social dirigée par une femme pour notre programme «Championnes», un bootcamp pour le jeunes étudiantes porteuses d’idées de projets. Et, récemment, le programme Elle’IT Network, s’est associé à Open Minds project, une ONG dédiée à la promotion du mentorat et de la femme dans la tech.

Pour 2024, nous planifions la signature des Women Empowerment Principles, les principes d’autonomisation des femmes (WEP), un ensemble de principes offrant des conseils aux entreprises sur la manière de faire progresser l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes sur le lieu de travail, sur le marché et dans la communauté. Les WEPS ont été créés par ONU Femmes et le Pacte mondial des Nations-Unies, en rejoignant la communauté WEPs, Sofrecom Tunisie manifeste son engagement envers ce programme aux plus hauts niveaux de l’entreprise et à travailler en collaboration au sein de réseaux multipartites pour favoriser des pratiques commerciales qui autonomisent les femmes.

Je suis convaincue que la multiplication de ces partenariats est un puissant moyen de promotion de la diversité et un vecteur d’amplification de l’impact des actions, qui dépassent la simple échelle individuelle/entreprise et intègrent un réseau global d’acteurs qui peut influencer les tendances et faire émerger de nouvelles initiatives privées et aussi publiques.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here