IACE : Évolution des IDE et de l’attractivité de la Tunisie

0
328

L’Institut Arabe des Chefs d’Entreprises (IACE) vient de dévoiler les résultats de son rapport intitulé « Les investissements directs étrangers (IDE) en Tunisie : Entre attractivité et fidélisation ».

Il en ressort que la Tunisie se positionne comme un acteur clé en Afrique du Nord en matière d’investissements directs étrangers (IDE). La Tunisie a déployé des efforts considérables pour attirer et fidéliser les investisseurs étrangers, tout en adaptant ses stratégies aux défis économiques mondiaux et régionaux.

L’attractivité de la Tunisie

Les chiffres montrent une évolution significative des IDE en Tunisie au cours des dernières décennies. En 2021, la Tunisie a enregistré un flux d’IDE de 652 millions de dollars, un chiffre en augmentation par rapport aux années précédentes, malgré les turbulences économiques et sanitaires mondiales.

En 2020, les IDE étaient de 439 millions de dollars, marquant une reprise par rapport à 2019 où ils s’élevaient à 412 millions de dollars.

Le gouvernement tunisien a mis en place plusieurs mesures incitatives pour attirer les investisseurs étrangers. Parmi celles-ci, la création de zones franches et des avantages fiscaux significatifs ont été déterminants. Ces zones offrent des exemptions fiscales et douanières, facilitant ainsi l’installation des entreprises étrangères. De plus, la simplification des procédures administratives a rendu le climat des affaires plus attractif.

Selon la même source, la Tunisie occupe la 8ème place dans le classement des pays arabes par volume entrant d’IDE et la 150ème place sur 267 pays. La Tunisie a été devancée par l’Egypte 1ère de la région et 77ème à l’échelle nationale, puis l’Arabie Saoudite (89ème), Oman (102ème) et le Maroc (114ème).

Les secteurs phares des IDE

Les IDE en Tunisie sont particulièrement concentrés dans quelques secteurs clés :

L’industrie manufacturière : Représentant environ 43% des IDE totaux, ce secteur est le principal moteur de l’exportation tunisienne. Les entreprises européennes, notamment françaises et italiennes, dominent ce segment.

Le secteur des services : En 2021, ce secteur a attiré environ 30% des IDE, incluant les services financiers et les technologies de l’information.

L’énergie : Avec environ 20% des IDE, ce secteur reste crucial pour l’économie tunisienne, comprenant des projets d’exploration et d’exploitation pétrolière et gazière, ainsi que des investissements dans les énergies renouvelables.

Les défis de la fidélisation des IDE

Malgré les succès enregistrés, la Tunisie doit surmonter plusieurs défis pour fidéliser les investisseurs étrangers. Parmi les principaux obstacles, on retrouve :

L’instabilité politique et sociale : Les troubles internes et les transitions politiques peuvent affecter la confiance des investisseurs.

Les barrières administratives : Bien que des progrès aient été faits, des lourdeurs bureaucratiques persistent, compliquant les affaires pour les entreprises étrangères.

Le cadre légal : Une harmonisation et une mise à jour continue des lois régissant les IDE sont nécessaires pour s’adapter aux normes internationales et aux attentes des investisseurs.

Les perspectives d’avenir

La Tunisie cherche à diversifier ses sources d’IDE en se tournant vers de nouveaux partenaires, notamment en Asie et en Afrique. L’objectif est de réduire la dépendance vis-à-vis des investisseurs traditionnels européens et de s’ouvrir à de nouveaux marchés.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here