Houbeb Ajmi : « On oublie souvent que nous sommes un pays africain »

0
941
Houbeb Ajmi, CEO Groupe Université Centrale Honoris

Entretien avec Houbeb Ajmi, CEO – Groupe Université Centrale Honoris.

Quand on parle d’étudiants africains en Tunisie peu-t-on considérer que nous assistons à la mise en place d’une chaîne de valeur globale ?

Je pense que oui. Oui dans la mesure où nous sommes entrain de construire brique par brique ce pont entre la Tunisie et ses voisins, je parle de pays voisins et confrères car on oublie souvent que nous sommes un pays africain ! Ce pont est une première étape pour densifier et pérenniser les échanges entre la Tunisie et les pays d’Afrique subsaharienne. Nous sommes dedans et au cœur des enjeux que soulève le partenariat sud-sud. Et par conséquent le premier pas important à franchir est de réaliser notre appartenance au continent. 

Notamment dans le domaine de l’éducation ?

Absolument. Aujourd’hui le jeune subsaharien quand il débarque en Tunisie a à la fois des attentes et nourrit par ailleurs des craintes. Si on arrive à éliminer ces craintes nous serions par conséquent en mesure de nous concentré sur les attentes de cet étudiant. C’est un travail de longue haleine mais nous avons réalisé un certain nombre de progrès en allant sur le terrain. Nous avons effectué des visites dans de nombreux Lycées au Cameroun, en Cote d’Ivoire pour discuter avec des jeunes et mieux cerner leurs différentes attentes. Il est clair que la Tunisie bénéficie d’un capital sympathie mais que nous avons l’obligation de bien gérer.

Vous parlez du Groupe Centrale Honoris ?

Oui le Groupe Centrale bénéficie en Afrique d’une excellente réputation à la fois en  matière d’éducation et la qualité des cadres enseignants. Cette réputation est sur un autre plan conforté par le rôle de régulateur assuré par le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche scientifique en matière de règles de fonctionnement et normes.

A présent il s’agit de nouer les bonnes relations et avec les bons partenaires, l’objectif étant de les sensibiliser sur les atouts dont nous disposons dans  le domaine de l’éducation. Ce qui est primordial est de bien accueillir les étudiants qui nous ont choisis.

Donc aujourd’hui la dimension est un acquis, ce qui reste à faire c’est de renforcer la culture de l’accueil et de la prise en charge ?

Tout à fait. L’accompagnement est dormais un facteur primordial dans le parcours étudiant. Les parents qui investissent et l’étudiant subsaharien qui choit notre groupe doit pour accomplir un parcours fondé non pas seulement sur le diplôme mais aussi et surtout sur l’épanouissement personnel. C’est le pari que nous avons fait. Evidemment cette démarche se fait en étroite collaboration avec les autorités publiques les plus concernées en l’occurrence les ministères des affaires étrangères et de l’intérieur et bien entendu l’Assemblée des représentants du peuple.

Le but recherché à travers cette coordination et de promouvoir des lois et des réglementations qui facilitent l’insertion des jeunes subsahariens dans le pays d’accueil.

Vous avez récemment ratifié avec Total Tunisie une convention qui ouvre la voie à des stages au profit des étudiants subsahariens ?

On ne peut que saluer l’initiative prise par Total Tunisie. Le choix du lieu de la cérémonie de signature étant porteur de plusieurs symboles. Retenir le siège de TABC (le Conseil d’Affaires tuniso-african à Tunis) vise notamment à inciter des groupes tunisiens et des multinationales à rejoindre la démarche initiée par Total Tunisie. C’est une mesure stimulante qui améliore encore plus l’attractivité de la Tunisie en tant que destination préférée des subsahariens. Cela dit une Université comme la notre à un rôle citoyen majeur à jouer et contribue de fait au développement du pays. Car, il faut garder à l’esprit que les étudiants subsahariens génèrent des recettes en devises pour notre économie et constituent des relais importants pour notre diplomatie et notre image à l’extérieur.

Le Groupe Université Centrale c’est aussi une plateforme pédagogique de premier plan ?

Aujourd’hui nous sommes devenus un groupe de dimension internationale. Concrètement, nous avons mis en place une démarche globale qui intègre les standards internationaux en matière d’enseignement. Cela réponde aux attentes des recruteurs et des employeurs aussi bien en Tunisie que dans majorité des pays subsahariens. Le groupe poursuit sa politique d’investissements en matière scientifique, dans les hommes et les femmes mais aussi dans les infrastructures de base. Nous avons récemment inauguré le plus grand et le plus beau site dédié à la formation professionnelle en Tunisie voire en Afrique et situé dans les anciens locaux de l’Ambassade d’Italie à Tunis. Pour nous c’est une fierté. 

Rating: 4.5/5. From 1 vote.
Please wait...

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here