Hedi Bouhlel : « Kalin + Fischer Tunisie, 2 millions d’articles produits par an et une trentaine d’employés.»

0
364

Interview avec Hedi Bouhlel, Managing Director – K+F Tunisie

Kalin + Fischer vient de fêter ses 50 ans sur le marché. Pouvez-vous revenir à cette occasion sur l’histoire du groupe et de la filiale ?

KÄLIN + FISCHER fait partie d’un paysage économique et industriel suisse riche en PME familiales innovantes et très spécialisées, notamment dans le secteur où elle opère, à savoir : les industries électriques et électroniques. Fondée en 1970 par un ingénieur électromécanicien M. Herbert KÄLIN, elle opère, depuis plus de 50 ans, dans la conception, l’industrialisation et la production de composants inductifs spécifiques, ainsi que divers autres produits dont notamment des sous-ensembles électriques et électroniques.

Sa présence en Tunisie remonte aux années 1990 , lorsqu’elle a transféré, avec succès, une partie de sa production High mix/Low volume chez une autre société suisse, filiale du groupe General Electric, collaboration qui a duré jusqu’en 2018, date à laquelle elle a fondé sa propre filiale tunisienne, la société K+F Tunisie, qui emploie actuellement une trentaine d’employés et produit 2 millions d’articles par an.

Comment s’est déroulée l’année 2022 ?

L’année 2022 a été pour nous l’année de reprise post-Covid-19. Notre volume de production en Tunisie a presque doublé en comparaison à l’année 2021. Les difficultés logistiques observées au cours et juste après la période Covid-19 a fait ressortir la zone Maghreb et particulièrement la Tunisie comme une alternative de production intéressante pour les opérateurs européens de notre secteur, de par sa proximité géographique et de la longue tradition du pays dans le secteur des industries électriques et électroniques, premier employeur du secteur privé en Tunisie.

Kalin + Fischer a rejoint le groupe KUK, quel est l’impact pour la filiale tunisienne ?

Le processus d’intégration en cours de la société KALIN+FISCHER dans le groupe KUK répond à un besoin de succession à la deuxième génération de Managers de cette entité familiale proches de l’âge de la retraite. Cette intégration représente une excellente option pour faire perdurer et consolider ses relations commerciales actuelles et de transférer un riche savoir-faire technique dans la conception et l’industrialisation de composants inductifs spécifiques.

Le groupe KUK est un acteur suisse d’envergure mondiale. L’intégration des activités de la société KALIN + FISCHER et de sa filiale tunisienne, rajoutera à ce groupe sa 7ème filiale, lui permettant de proposer une option de production nord-africaine qui présente des avantages majeurs du point de vue coût de production et délais logistiques. L’impact escompté, à très court terme pour la filiale tunisienne, serait une croissance rapide pour les années à venir en matière de capacité et de volume de production, ainsi qu’en termes de postes d’emplois.

Selon vous, quels sont les facteurs des choix des multinationales concernant leurs investissements dans les pays en développement ?

Les coûts de production et les délais logistiques sont des facteurs d’une grande importance, la disponibilité d’une bonne infrastructure, la qualité des prestations administratives, la disponibilité de la main-d’œuvre formée et qualifiée et d’un climat social et d’affaires stable et saint sont des critères très souvent décisifs.

No votes yet.
Please wait...

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here