Hammam-Lif : Ville délaissée….Plage défigurée

0
748
Hammam-Lif

La Baie de Tunis et en particulier sa banlieue sud et la ville balnéaire d’Hammam-Lif subit depuis plusieurs décennies une pollution côtière grandissante et chronique à l’origine de la dégradation de son écosystème côtier et de sa plage.

Du point de vue historique et culturel Hammam-Lif existe depuis au moins 2800 ans et à l’époque Carthaginoise portait le nom de Naro ou la cité du feu (entre -800 et -700 ans Av-JC). Après la destruction de Carthage, Persian, un romain découvre dans la ville des eaux thermales et lui donne alors le nom d’AquaePersianae ou les « Eaux de Persians ». 

Les Arabes la rebaptisent Hammamet Al-Jazira puis Hammam-Lif composition des termes « Hammam » et « anf » (nez) en raison de la capacité de ses sources à guérir les infections respiratoires.

 Sous l’époque Ottomane vers 1750, des structures sont édifiées autour des deux principales sources Ain El Bey et Ain El Ariane. Enfin le Bey Hussein en 1826 y fait construire une résidence d’hiver.

Suite à l’érosion côtière associée à l’augmentation du niveau des eaux au cours du dernier siècle,

ainsi qu’aux fortes tempêtes de mer enregistrées durant les hivers 1981 et 1982, la Ministère de l’Equipement et de l’Habitat en concertation avec la Mairie de la ville d’Hammam-lif a décidé de

construire, 8 brise-lames (brise-lames N°1 a 8 du Nord-Ouest au Sud-Est) d’une longueur totale de 1300m entre 1983 et 1984 pour protéger la ville côtière de l’érosion marine.

Dans un premier temps en arrière des structures rocheuses des plages alvéolaires sableuses et de bonne dimension se sont formées, mais les 4 dernières structures plus à l’est ont accumulé plus de sable et des feuilles et mattes de posidonies dès les premières années après les aménagements 

Plus récemment et depuis les années 2000, l’hyper-fonctionnement des tombolos et la pollution engendrée par l’Oued Meliane ainsi que l’impact des projets d’aménagement des lagunes nord et sud de Tunis (le Lac Nord sera aménagée entre 1985 et 1988tandis que le Lac Sud sera aménagé entre 1998 et 2007)ont entrainé la destruction de l’écosystème côtiers en particulier l’herbier de posidonies ainsi que l’envasement et le colmatage de l’ensemble des espaces situés entre les brises lames et la plage d’Hammam-Lif. Ce phénomène a entrainé le développement et le piégeage d’importantes quantités d’algues (Chaetomorphes, Ulves) mais surtout les débris provenant des herbiers de posidonies dont la mortalité a considérablement augmenté au cours des deux dernières décennie suite à l’augmentation de la teneur en matière organique, d’une eutrophisation croissante ensemble de phénomènes a l’origine de l’augmentation chronique de la turbidité des eaux dans la partie ouest et sud de la Baie de Tunis et en particulier les régions de Rades, Ezzahra et Hammam-Lif.

Aujourd’hui les eaux côtières sont polluées et la plage est envasée et dégradée suite à la décomposition printanière et estivale des débris d’algues et de posidonies qui ont détruit l’esthétique ainsi que la qualité des eaux de baignades. Des dégagements d’H2S toxique ont même été enregistré sau cours des 3 dernières périodes estivales lorsque les fortes chaleurs associées aux développements bactériens et phytoplanctoniques entrainent l’apparition de phénomènes d’anoxie et de mortalités de mollusques et poissons.

Il apparaît ainsi que cette région côtière du gouvernorat de Ben Arous qui constituait encore dans

les années 1980 un patrimoine culturel et naturel unique en Tunisie en raison de la proximité de la mer et de la montagne, a vu suite à un mauvais aménagement côtier, la perte d’un atout socioculturel et socio-économique de grande valeur.

Suite aux activités du projet Italo-Tunisien MEDCOT dans le cadre du partenariat euro-méditerranéen ENPI CBC-MED, deux actions pilotes ont été mises en place à Hammam-lif et ont réussi dans l’ensemble à améliorer les conditions écologiques de l’environnement côtier (voir rapport final et résultats des analyses scientifiques du projet MEDCOT), mais qui nécessite cependant aujourd’hui maintenance, entretien et réplication ou généralisation des actions entreprises

  1. L’aménagement côtier du brise-lame numéro 2 et la mise en circulation permanente entre
    les eaux du large et la plage adjacente a créé une dynamique et une circulation naturelle des eaux qui empêche ou limite significativement la sédimentation côtière et
    l’accumulation de débris de posidonies et d’algues.
  2. La création d’une plage écologique devant le brise lame numéro 5 a permis d’aménager
    écologiquement une zone côtière inutilisée et qui aujourd’hui doit être entretenu pour
    continuer à attirer enfants et familles.

Cependant, un ensemble d’actions de maintien des acquis, mais aussi de réhabilitation et
d’aménagements peuvent encore être envisagées pour améliorer les conditions environnementales et esthétiques de la plage et de la corniche d’Hammam-Lif.

A ce sujet les scientifiques de la Faculté des Sciences de Bizerte représentés par le Professeur Mohamed Nejib Daly Yahia, issue d’une famille installée à Hammam-Lif depuis 1903ainsi que les ingénieurs et administrateurs de la municipalité d’Hammam-Lif, deuxième partenaire tunisien du projet, avaient en 2015 reçu l’assurance par le ministère de l’environnement et l’APAL que les actions permettant une amélioration de la qualité des eaux et leur remise en circulation se poursuivraient dans les années à venir sur la base du modèle hydrodynamique appliqué au brise lame N°2.

Des actions à l’échelle nationale et régionale (Gouvernorat de Tunis, Ben Arous et de Nabeul) sont indispensables pour sauver non seulement la plage d’Hammam-Lif mais l’ensemble de la Baie de Tunis en particulier :

  1. un traitement tertiaire des eaux de l’oued Méliane mais aussi de l’oued El Bey à Soliman
  2. une gestion de tous les rejets des villes côtières avec un engagement de l’ONAS sur la qualité des eaux de rejets en période de pluies.
  3. le réaménagement de l’ensemble de brise-lames mal dimensionnes et mal installés en mer et en particulier les brise-lames 1, 3 et 4 de la ville d’Hammam-Lif.
  4. enfin un possible aménagement à venir d’un émissaire en mer de plusieurs kilomètres qui déchargerai les eaux de l’oued Méliane au large permettant une plus large dilution par les courants marins.

L’esthétique de la plage d’Hammam-lif et son développement socio-économique durable pourrait se faire par l’application des mesures suivantes, idées largement partagées depuis une dizaine d’année avec tous les nouveaux responsables politiques régionaux et locaux :

  1. Nettoyage régulier toute l’année des déchets organiques et plastiques de la plage entre Boukornine et Diar Essaboun (2,2 Km) par les ouvriers de la municipalité et renforcement privé si nécessaire et si un budget est prévu (faire intervenir la société civile et les associations).
  2. Arrachage des mauvaises herbes manuellement (pioches, râteaux) par les ouvriers de la municipalité entre la Sirène et la mosquée Belhadj et devant Diar Essaboun au cours de la période de février à juin. Il est important de commencer très tôt cette action (février – mars) avant la floraison et fructification des plantes vivaces qui se développent sur le sable artificiel déposé par l’APAL depuis des décennies.
  3. Nettoyage, maintenance et renforcement de la plage écologique existante en réalisant l’implantation de plantes dunaires esthétiques et qui favorisent la fixation des dunes et limitent l’érosion côtière (modèles existant sur les plages voisines de Soliman).
  4. Nettoyage de la chaussée de la corniche à l’eau régulièrement (possibilité de creuser des sondages sur la corniche pour le nettoyage et l’arrosage et éventuellement pour des douches publiques).
  5. Plantations d’arbres côtiers sur toute la longueur de la corniche comme suit:
  • Reprendre l’alignement des anciens palmiers et compléter la plantation (faire appel en fonction des moyens au volontariat et aux dons des habitants en proposant à chaque maison sur la plage d’acheter 1 ou 2 arbres et les planter devant chez soit en collaboration avec la municipalité).
  • Dans les bacs actuels qui sont sur la corniche, planter des pins parasols ou des pins pignons(ces arbres existent dans nos pépinières, caractérisent le BouKornine et créent esthétique, ombre et bonne senteurs d’essences de pins).
  1. Placer des poubelles en fer tous les 30 mètres peintes en bleue ou en vert avec base démontable pour en éliminer tous les jours les déchets: prévoir entre 80 et 100 poubelles pour couvrir les 2,2 Km de plage et corniche d’Hammam-Lif.
  2. Sur le modèle réussit de l’aménagement du brise-lame N°2 situé en face du Casino, il faut réaliser chaque année l’aménagement d’un brise lame en commençant par le brise-lame N°3, puis le N°4 et terminer par le N°1 en utilisant les résultats de la modélisation hydrodynamique côtière et la reconfiguration géométrique des brise-lames et de leur distance avec la nouvelle plage.
  3. Création d’esplanades en bois sur les zones de plages trop encombrées par la végétation côtière. La première esplanade en bois devrait voir le jour devant le Casino vu qu’il va être réhabilité cette année et l’année prochaine. Le principe consiste à fixer une plateforme en bois qui partirait du mur de la corniche vers la mer et finirait sur des pilotis pour éviter l’érosion marine en automne et surtout en hiver. La 2ème esplanade pourrait être créée à côté de la plage écologique au niveau des brise-lames N° 6et 7 car cette zone souffre d’une végétation envahissante problématique et récurrente
  4. Création sur ou autour de chaque esplanade de 2 restaurants aux normes écologiques qui viendrait renforcer les restaurant existants (Casino et la Sirène) qu’il faut réhabiliter.
  5. Création d’épis en bois sous forme de jetées perpendiculaires à la plage pour freiner l’érosion côtière (devant les plages à Boukornine et Diar Essaboun) : ces épis anti-érosion qui permettent une légère sédimentation et qui sont esthétiques car peuvent être utilisés pour la promenade existaient à l’époque beylicale et donc sont adaptés à la zone côtière d’Hammam-Lif.
  6. Réhabiliter la Sirène et le Casino pour en faire des restaurants haut de gamme avec un cahier de charge stricte.

Par : Néjib Daly

No votes yet.
Please wait...

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here