Fitch Ratings : Les banques, acteurs clés dans la stabilité financière de la Tunisie en 2024

0
867

Le secteur bancaire tunisien est positionné pour continuer à répondre aux besoins croissants de financement de l’État en 2024, selon les analyses de Fitch Ratings, agence de notation financière internationale.

Dans son rapport récemment publié, Fitch note que le recours des banques au refinancement auprès de la Banque centrale de Tunisie (BCT) était inférieur à 9 milliards de dinars, soit 7% du financement total du secteur, à fin août 2023.

Cependant, Fitch met en garde contre les risques potentiels liés à une dépendance prolongée des banques et de la BCT pour répondre aux besoins de financement.

« Cela pourrait entraîner des risques macroéconomiques, resserrer les conditions de liquidité des banques et accroître les risques de solvabilité en cas de défaut souverain. », estime l’agence.

Nous rappelons que le gouvernement tunisien a récemment levé 1 milliard de dinars sur le marché intérieur en février 2024, dépassant ainsi son objectif initial de 750 millions de dinars pour la première tranche des souscriptions à l’emprunt national obligataire de 2024. Cette somme s’ajoute aux 7 milliards de dinars empruntés auprès de la BCT, utilisés pour rembourser 850 millions d’euro-obligations le 17 février.

Le budget de 2024 prévoit une augmentation significative de 20% des besoins bruts de financement par rapport à l’année précédente, atteignant 28,7 milliards de dinars. Environ 40% de ce montant, soit environ 12,3 milliards de dinars, devrait être couvert par des sources de financement intérieures, le reste provenant de financements extérieurs. Fitch souligne que le financement budgétaire devra représenter au moins 16% du PIB par an en 2024-2025, l’un des pourcentages les plus élevés parmi les États souverains notés « CCC+ » ou moins.

En ce qui concerne le financement externe, Fitch met en évidence une possible difficulté du gouvernement à lever plus de 2,5 milliards de dollars en 2024, laissant un écart d’au moins 2,5 milliards de dollars par rapport aux prévisions. L’agence ne mise pas sur un accord entre la Tunisie et le Fonds Monétaire International (FMI) avant l’élection présidentielle de cette année. Fitch estime que près de 70% des besoins bruts de financement en 2024, équivalant à 12% du PIB, devront être satisfaits par des sources nationales, principalement les banques et la BCT.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here