Fitch Ratings alerte les banques en Tunisie

0
278
Fitch Ratings

L’agence de notation, Fitch Ratings, vient de publier aujourd’hui, mercredi 12 octobre 2022, une nouvelle analyse des risques du secteur bancaire tunisien.

La rentabilité des banques tunisiennes, qui a rebondi près des niveaux d’avant la pandémie au 1S22, devrait contribuer à atténuer des conditions d’exploitation plus faibles, mais des risques de crédit émergent, avec des indicateurs de qualité des actifs qui se détériorent déjà, selon Fitch Ratings.

La baisse des charges de dépréciation et la hausse des taux ont entraîné le fort rebond de la rentabilité au 1S22, le rendement annualisé des capitaux propres moyens du secteur augmentant à 16 % (2021 : 10 %), proche de son niveau de 2019 de 17 %.

La marge nette d’intérêt moyenne des plus grandes banques a augmenté à 4,0 % au 1S22 (2021 : 3,8 %), car les hausses de taux ont eu peu d’impact sur les coûts de financement compte tenu de la forte proportion de comptes courants et d’épargne à faible coût. La rentabilité opérationnelle a été stimulée par la baisse des charges de dépréciation, qui ont consommé, en moyenne, 31 % du bénéfice avant dépréciation (2021 : 43 %).

La hausse des taux d’intérêt devrait continuer de soutenir la rentabilité. La Banque centrale de Tunisie a relevé son taux directeur de 25 points de base à 7,25 % le 5 octobre et nous prévoyons de nouvelles hausses en raison de la persistance d’une inflation élevée et de la dépréciation du dinar tunisien à des niveaux record par rapport au dollar américain.

« Cependant, nous doutons que les charges de dépréciation soient suffisantes pour contrebalancer les risques, compte tenu des mauvaises conditions d’exploitation et de la détérioration de la qualité des actifs. », estime l’agence.

L’inflation élevée, la hausse des taux et l’instabilité politique mettent la pression sur les emprunteurs, et le ratio moyen prêts douteux/prêts bruts des neuf plus grandes banques (hors STB Bank) a augmenté de 150pb à 11,7% à fin 1S22 (moyenne du secteur : 13,1%).

Certaines banques ont été plus strictes en classant les expositions auparavant problématiques comme dépréciées en prévision de la mise en œuvre d’IFRS 9 à partir de fin 2023, mais la détérioration des paramètres signale une aggravation des conditions. La couverture des prêts dépréciés a augmenté à 68 % à la fin du 1S22 (moyenne du secteur : 58 %), conformément aux orientations réglementaires révisées sur le calcul des provisions générales.

Les modestes exigences réglementaires en fonds propres des banques tunisiennes (ratio Tier 1 : 7 % ; ratio de capital total : 10 %) sont moins conservatrices que sur certains autres marchés africains. Les ratios Tier 1 moyens du secteur (fin 1S22 : 11,6 %) et les ratios de fonds propres totaux (14,8 %) fournissent des coussins limités compte tenu des risques souverains et de l’environnement opérationnel et des fortes concentrations d’emprunteurs à signature unique.

No votes yet.
Please wait...

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here