CPG : Les sit-in à Redeyef ont fait perdre à la Tunisie 978 000 tonnes de phosphate commercial

0
376

L’histoire se répète. « La première fois comme une tragédie, la seconde fois comme une farce », disait Karl Marx.

Alors que la Compagnie des phosphates de Gafsa (CPG) semblait annoncer des jours meilleurs après une crise sans précédent, les sit-in à Redeyef commencent à peser (très) lourd pour la Compagnie et le pays.

Bis repetita

A l’arrêt depuis maintenant deux ans, la production du phosphate commercial du site de Redeyef est interrompue en raison d’un sit-in entamé en novembre 2020 par un groupe de demandeurs d’emplois.

Les protestataires revendiquent le droit au recrutement dans l’entreprise ou dans l’une des entreprises affilées, à l’instar des Sociétés d’environnement ou de la Société du transport des produits miniers.

Les conséquences en sont lourdes : 280 cadres et agents de la CPG ne peuvent plus rejoindre leurs lieux de travail à la laverie de Redeyef et Ouazana.

Durant ces deux années, la compagnie aurait pu produire 978 000 tonnes de phosphate commercial jusqu’au 7 novembre 2022.

Cette situation nous fait faire un bond dans le temps, lorsque la compagnie était, en 2019, menacé d’effondrement.

Plus récemment, le district de Mdhila de production de phosphates est à l’arrêt depuis quelques jours, à cause d’une grève des agents de la CPG et de la SNCFT. En plus d’une pénurie de soufre, le site risque un arrêt total.

Toutes ces perturbations ont empêché l’expédition d’une quantité de phosphate commercial à Sfax, pour l’exporter à un client important du Bengladesh.

L’année 2022 s’annonçait pourtant prometteuse pour la CPG.

Alors que l’année 2022 venait à peine de débuter, la compagnie des Phosphates de Gafsa avait produit 542 000 tonnes de phosphate commercial en moins de 2 mois.

Ce volume a été assuré par les unités de Metalloui, Mdhilla et Kef Eddour. Redeyef et Om Laarayes, connaissent des perturbations depuis le début de l’année sont complètement à l’arrêt, ce qui a creusé un écart de production de l’ordre de 23% par rapport aux objectifs fixés.

La CPG avait également confié à l’agence Reuters que la production tunisienne de phosphate a doublé pour atteindre 1,3 million de tonnes au premier trimestre 2022, par rapport à la même période l’an dernier.

Par ailleurs, Rafaa Nssib, directeur de la production a fait savoir que la compagnie vise à produire 5,5 millions de tonnes de phosphate cette année, soit 1,8 millions de tonnes de plus que l’an dernier.

Plus récemment, la Compagnie a exporté 30 000 tonnes de phosphate à un client turc. Il s’agit de la première livraison avant une autre commande qui se fera le mois prochain, dans le cadre d’une série de commandes pour le compte de clients Brésiliens, Chinois, Indonésiens et Turcs.

Des mesures drastiques auraient dû être prises depuis maintenant bien des années.

La CPG était l’un des fleurons des entreprises étatiques tunisiennes avec 8 millions de tonnes de phosphate produites en 2010, la Compagnie plaçait la Tunisie au cinquième rang des producteurs mondiaux et réalisait 4 % du PIB du pays et 10 % des exportations.

Son rôle économique dépasse la Compagnie ou la région de Gafsa mais concerne le pays dans son ensemble.

Rating: 5.0/5. From 3 votes.
Please wait...

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here