« COMESA Tunisia Business Women days » pour soutenir les femmes entrepreneures tunisiennes à accéder à de nouveaux marchés en Afrique

0
415

Le ministère du Commerce et du développement des exportations et la Chambre Nationale Des Femmes Chefs d’Entreprises (CNFCE), en partenariat avec la Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit (GIZ) GmbH, ont organisé une conférence internationale sous le thème « COMESA Tunisia Business Women Days », qui s’est déroulée les 29 et 30 septembre 2022.

Plusieurs représentants du COMESA, décideurs politiques tunisiens, personnalités féminines de l’Afrique sub-saharienne issues du monde du Business, ainsi que plus de 100 femmes cheffes d’entreprises tunisiennes, ont pris part à cette manifestation.

Durant deux journées, plusieurs femmes entrepreneures de la région du COMESA, de différents pays, différents âges, différents secteurs, différents projets, se sont unies et réunies pour un seul et même intérêt commun.

Elles ont assisté à des conférences thématiques, lors des plénières et à d’autres évènements organisés. Elles ont ainsi pu bénéficier d’une mise en réseau, découvrant les possibilités offertes par le COMESA (financement investissement, programme genre), à travers des ateliers dédiés.

Ce panel de conférenciers experts en développement des affaires au profit de l’entrepreneuriat féminin en Afrique, et responsables du COMESA ainsi que d’autres structures concernées, a abordé les problématiques qui touchent les opportunités qu’offrent le COMESA et les perspectives au profit de l’entrepreneuriat féminin africain. La conférence a aussi débattu de la nature de l’écosystème qu’il faudra soutenir et des bonnes pratiques à encourager au sein des milieux d’affaires africains féminins, y compris les solutions de financement disponibles et le e-commerce.

Parmi les cheffes d’entreprises du COMESA, interviewées par Entreprises Magazine, nous avons rencontré Mme. Angeline Wibabara, fondatrice de ATIC Ltd Company.

La jeune entrepreneure qui participe à ce forum nous a confié être à la recherche d’opportunités « Nous aimerions beaucoup travailler avec des femmes tunisiennes. En tant que femme rwandaise, je m’intéresse énormément aux marchés africains. Et la Tunisie étant membre du COMESA, cela pourrait être très intéressant de nouer de nouveaux partenariats. ». Par ailleurs, la femme d’affaires a expliqué avoir pu trouver des contacts grâce à l’UTICA, à travers ce forum.

Mme. Angeline Wibabara, qui opère dans le secteur agroalimentaire, s’est dit intéressée par la production tunisienne d’huile d’olive. « Nous n’en produisons pas en Afrique de l’Est mais sommes de gros consommateurs, cela pourrait donc être une immense opportunité pour la Tunisie et le Rwanda. »

« Les femmes tunisiennes ont la chance d’être bien représentées, notamment grâce à la CNCFE qui est également membre du COMFWB. Talentueuses et généreuses, elles doivent prendre conscience de leurs potentiels et de leurs marchés. L’Afrique leur présente plusieurs opportunités que nous devons saisir ensemble pour avancer et évoluer ».

La Tunisie, un hub de l’entrepreneuriat féminin

Lors de la cérémonie d’ouverture, Mme. Leila Belkhiria Jabeur, présidente de la Chambre Nationale des Femmes Chefs d’Entreprises (CNCFE), a déclaré : « La Tunisie aspire à être un hub de l’entrepreneuriat féminin au sein du COMESA. »

Mais est-ce possible ? La présidente de la CNFCE est catégorique : Oui.

Dans une déclaration à Entreprises Magazine, elle a souligné que la Tunisie bénéficie d’un savoir-faire et d’une expérience entrepreneuriale féminine qui sont assez importants. C’est d’ailleurs pour cela que nous abritons cet évènement qui permettra de débattre des problèmes que rencontrent les femmes entrepreneures des pays du COMESA. ».

Pour contribuer à cet objectif, la CNCFE a entamé le développement de nos structures et nous nous sommes engagés à préparer un terrain favorable aux femmes porteuses de projets et au développement du secteur privé. ».

Elle a également rappelé dans ce contexte, que la CNCFE a créé la 1ère Académie des femmes cheffes d’entreprises (AFCE) dans le but d’aider le gouvernement ainsi que la société civile à braver les challenges que les femmes confrontent sur le marché de travail et leur garantir une participation proactive. La CNFCE est également la représentante officielle du Comesa Federation of Women in Business (COMFWB), siège au bureau exécutif de cette fédération et est la cheffe de file de l’Afrique du Nord.

« Afin de répondre à nos engagements, nous avons contribué à l’organisation de cet évènement. Nous avons rassemblé tous ces présidents d’associations des pays du COMESA et les plus importants responsables afin de discuter des avantages de ce marché commun de l’Afrique australe et orientale. »

Rejoignant ces propos, Mme. Lisa Menucha, Cheffe des projets PEMAII et AACA de la GIZ Tunisie, a indiqué que « les femmes occupent une place très importante dans le monde du commerce mais n’ont pas assez de visibilité, d’où l’importance de cette conférence. L’objectif est d’unir nos forces pour donner de la visibilité à ces femmes et à l’entreprenariat féminin tunisien. »

« COMESA Tunisia Business Women days », pour que les femmes s’unissent et s’entraident

Mme. Ruth Negash, Directrice Générale de La Fédération des Associations des Femmes Entrepreneures du COMESA (COMFWB) est revenue, pour Entreprises Magazine, sur l’importance et l’impact de cet évènement.

« Le principal objectif du « COMESA Tunisia Business Women Days » est d’informer sur les opportunités de commerce sur le continent africain et permettre aux femmes entrepreneures africaines de tisser des liens entre elles afin de créer des partenariats ou opportunités d’investissements. »

La responsable a souligné « Il est important que ces femmes s’unissent et s’entraident. Elles partagent énormément de points communs et il serait donc intéressant de mettre tout cela à profit. Avec cette conférence, nous avons donc réuni les membres du conseil d’administration des différents pays africains ainsi que des cheffes d’entreprises qui sont venues ici pour présenter leurs projets et produits. Les femmes font du business et contribuent à soutenir les économies nationales, mais maintenant cela va au-delà de la simple économie nationale, nous devons commencer à penser au commerce transfrontalier, car il y a tellement à gagner à acheminer les ressources de l’Afrique vers la Tunisie. »

Pour Mme. Ruth Negash, « Bien qu’elle soit plus petite que ses voisins, la Tunisie présente énormément d’avantages, notamment pour attirer de nouveaux clients ou investisseurs africains. Il est également important de souligner que la Tunisie a aussi beaucoup à offrir à l’Afrique. Ce pays dispose d’une bonne stratégie marketing, ce qui est un avantage de taille pour vraiment mieux valoriser les produits africains. La Tunisie qui abrite le « COMESA Tunisia Business Women Days » est donc une opportunité pour les femmes tunisiennes. Il s’agit d’une occasion pour réfléchir et repenser l’importance de s’unir avec les autres pays africains. Il s’agit également d’une occasion pour ces startups, micro, petites et moyennes entreprises de se développer. »

« Nous travaillons principalement avec les organisations de base, en particulier les startups, car il y a beaucoup d’idées innovantes qui peuvent rendre service aux Africains. Nous encourageons donc les startups, les jeunes et les femmes. », a-t-elle affirmé.

Aider les femmes entrepreneures africaines à dépasser les obstacles

Pour sa part, Mr. Manfred Horr, Directeur Régional de la Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit (GIZ) GmbH Tunisie et Lybie, a expliqué que le principal objectif est de sensibiliser les cheffes d’entreprises mais aussi les décideurs politiques et économiques sur le potentiel du commerce international, particulièrement entre les pays africains.

Pour Mr. Manfred Horr, le deuxième objectif est de mettre en lumière le dur labeur des femmes. « Malgré leurs engagements, leurs potentiels, leurs idées, leurs projets et leurs produits, les femmes entrepreneures, notamment les femmes entrepreneures africaines, n’ont clairement pas la visibilité qu’elles méritent. De plus, elles font face à de nombreux obstacles. Si la Tunisie veut avancer, il est nécessaire d’opter pour une optique de développement durable et de développement égal, il faut absolument éliminer ces barrières et obstacles pour que le plus de femmes possibles puissent exercer leur activité économique à pied égal avec les hommes. ».

Concernant les principaux obstacles, Mr. Manfred Horr estime que la principale contrainte est le manque d’accès à l’information, sur les opportunités, sur le marché, les lois, les règlements et réglementations à respecter, sur toutes ces questions logistiques. « Ce problème en entraîne un autre, la difficulté du réseautage des femmes. Le réseautage des hommes est bien établi, contrairement au réseautage des femmes. »

« Ce sont pour ces raisons que le « COMESA Tunisia Business Women Days » vise à renforcer ce réseautage pour stimuler et renforcer cet échange d’expériences et de bonnes pratiques. », a conclu le Directeur Résident.

Le marché du COMESA, une réelle opportunité pour les femmes entrepreneures africaines

Cet événement propose ainsi une toute nouvelle façon pour les femmes de promouvoir leur entreprise ou leur organisme. Il s’agit d’une occasion importante pour ces femmes de développer un réseau fort et solidaire.

« COMESA Tunisia Business Women days » donne l’occasion de s’orienter vers de nouveaux marchés, celui du COMESA qui réunit 583 millions d’habitants, avec un Produit Intérieur Brut (PIB) estimé à près de 800 milliards de dollars.Comptant plus de 21 États membres, le marché commun de l’Afrique orientale et australe couvre une zone de 12 millions (km2).

Formé en 1994, COMESA a pour but de remplacer l’ancienne zone de commerce préférentiel (PTA). Le traité met en place une organisation de souveraineté libre et indépendante des États acceptant de coopérer au développement de leurs ressources naturelles et humaines.

Le COMESA a donc pour objectif de former une grande unité économique et commerciale grâce à l’intégration régionale.

Depuis 2018, la Tunisie est membre de l’organisation régionale, cette adhésion a permis à plusieurs entreprises d’accéder à des marchés difficiles d’accès auparavant, dont Madagascar, Kenya et Djibouti.

« A titre d’exemple, les exportations de la Tunisie vers le Kenya sont passées de 5 millions à 60 millions en moins de 2 ans. Il s’agit d’une évolution énorme, bénéfique pour les deux pays. Imaginez donc l’impact si cette évolution concernerait plus de pays africains. », a souligné Mr. Manfred Horr.

En 2021, les échanges commerciaux de la Tunisie sur le marché COMESA se sont élevés à 3250 millions de dinars. Il s’agit d’une évolution de 40% par rapport à 2020, selon Mr. Mourad Ben Hassine, PDG du Centre de promotion des exportations (CEPEX).

Selon la Ministre du Commerce et du Développement des Exportations, Mme. Fadhila Rebhi, « Les échanges commerciaux de la Tunisie avec les pays africains ont augmenté de plus de 47%, au cours des trois dernières années et avec les pays membres du COMESA, de 45%, grâce essentiellement, à la progression des échanges de produits agroalimentaires ».

Par ailleurs, le gouvernement tunisien ambitionne de faire de l’Afrique le deuxième partenaire commercial de la Tunisie à l’horizon 2030, a-t-elle affirmé.

« La situation économique et géopolitique dans le monde actuel pousse la Tunisie et particulièrement les femmes entrepreneures à déployer plus d’efforts pour développer une coopération “gagnant-gagnant” avec les pays africains et valoriser les produits locaux, notamment, agricoles », a souligné la ministre.

Le marché du COMESA représente ainsi une réelle opportunité pour les femmes entrepreneures africaines.

« Si les Africains n’investissent pas en Afrique, alors qui va le faire ? », a déclaré une cheffe d’entreprise du Rwanda lors d’un panel organisé sous le thème de l’environnement commercial pour les femmes en Afrique.

« COMESA Tunisia Business Women days », plusieurs partenariats et alliances à la clé

Afin de réellement tirer profit de ces opportunités, cet évènement a abouti à plusieurs partenariats afin de faciliter l’accès des entreprises tunisiennes dirigées par des femmes au Marché COMESA, comme nous l’a confié la présidente de la CNFCE.

À l’ouverture de la conférence, l’Union Tunisienne de l’industrie, du commerce et de l’artisanat (UTICA) a signé un accord de partenariat avec le Conseil d’affaires du COMESA (structure représentant le secteur privé au sein du COMESA). L’objectif est d’exonérer des taxes douanières les entreprises exportatrices vers ces marchés, de renforcer l’accès des entreprises tunisiennes aux marchés africains et aplanir les difficultés entravant la réalisation d’investissements. Cet accord facilitera également la mobilité et le transport qui représentent les premières entraves au développement des échanges commerciaux entre la Tunisie et l’Afrique.

La présidente de la CNFCE ainsi que la cheffe des deux projets PEMAII et AACA,ontindiqué que quatre consortiums ont été créés, concernant les secteurs de l’artisanat et cosmétiques, les technologies de l’information et de la communication, les services et l’agroalimentaire-Agriculture, regroupant près de 70 entreprises qui ont bénéficié de cycles de formation de la part de la Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit (GIZ) GmbH. Ces consortiums œuvreront à promouvoir les produits tunisiens en Afrique, accroître les échanges commerciaux entre la Tunisie et les pays africains et à réaliser une véritable intégration régionale.

Mme. Leila Belkhiria a également rappelé de l’importance des projets de promotion des activités d’exportation vers de nouveaux marchés de l’Afrique subsaharienne (PEMA II) et Appui aux Accords Commerciaux avec l’Afrique (AACA).

Mandatés par le Ministère Fédéral Allemand de la Coopération Économique et du Développement (BMZ) et mis en œuvre par la GIZ Tunisie, en partenariat avec le Ministère du Commerce et du Développement des Exportations et le CEPEX, ces projets visent à soutenir les femmes tunisiennes et africaines dans leurs activités d’exportation mutuelles dans le cadre de l’accord du Marché COMESA.

« Tous ces projets et partenariats ont pour objectif de faire de la Tunisie un hub de l’entrepreneuriat féminin des pays du COMESA. », a affirmé Leïla Belkhiria.

Ainsi, après deux jours d’intenses échanges, d’expériences et de succès stories partagées, cette conférence s’est clôturée le 30 septembre, pleine de projets et d’espoir pour les femmes entrepreneures de la région COMESA.

No votes yet.
Please wait...

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here