Clarke Energy – Didier Lartigue : «Nous voulons offrir aux tunisiens des emplois stables permettant de gérer globalement une croissance de l’activité en Tunisie»

0
1709

Interview avec Didier Lartigue, Directeur Général de Clarke Energy.

Sous le haut patronage de l’ambassade britannique, la cérémonie d’inauguration du Bureau/Hub Régional de Clarke Energy s’est déroulée aujourd’hui, jeudi 16 décembre 2021.

A cette occasion, Entreprises Magazine a recueilli les propos de Didier Lartigue, Directeur Général de Clarke Energy France et de l’Afrique Francophone pour une interview exclusive.

Pouvez vous nous dire un mot concernant ce nouveau hub régional ?

Pour Clarke Energy, la Tunisie représente un Hub pour l’Afrique. Nous souhaitons nous étendre dans un premier temps sur tout le Maghreb et évoluer par la suite sur l’Afrique subsaharienne et ce à partir de la Tunisie. En effet, la Tunisie dispose de tous les ingrédients pour réussir, que ce soit en termes de moyens humains et matériels, en termes d’infrastructure pour croître et faire en sorte que nous continuons à progresser sur le domaine de l’énergie.

Cette inauguration est ainsi synonyme de l’aboutissement de notre présence en Tunisie.

Aujourd’hui, nous avons signé un beau contrat avec le groupe Rose Blanche qui nous a fait confiance et qui va équiper 3 de ses usines de cogénération. L’objectif pour Rose Blanche est de diminuer le poste énergie de sa production avec une production d’électricité qui sera directement utilisé sur les sites et la récupération thermique sur nos machines qui permettra aussi d’économiser de l’énergie globale et donc des temps de retour qui sont de 2 à 3 ans avec une forte efficacité financière des projets que nous menons.

Clarke Energy est présent en Tunisie depuis 2008. Quel bilan dressez-vous ? 

Clarke Energy en Tunisie est une vraie success story pour le groupe Clarke Energy. En effet, nous sommes présents ici depuis près de 14 ans et nous avons énormément progressé depuis.

Clarke Energy Tunisie a installé un parc de 170 MWe en Afrique Francophone dont à peu près 100 MWe en Tunisie. Clarke Energy en Tunisie a 70% de la part de marché en termes des 5 moteurs à gaz installés, 80% aussi de la part de marché d’électricité produite.

L’avantage de Clarke c’est que nous ne sommes pas seulement qu’un vendeur d’équipement et de matériel, nous faisons également de la maintenance. Nous garantissons le buisness modele que le client a mis en œuvre dans ses bureaux d’études pour que la réalité soit conforme à la théorie du financement tel qu’il a été prévu.

Clarke Energy investit dans les compétences tunisiennes et contribue à l’employabilité en Tunisie.

Lorsque nous avons débuté en Tunisie fin 2007, nous étions seulement trois personnes. Aujourd’hui, nous sommes 40 et nous espérons continuer de croître encore les effectifs au sein de Clarke Energy. Nous avons non seulement une activité de vente de produits mais aussi de services, ce qui fait que la moitié de notre effectif est fait de techniciens. Cela signifie que plus nous avons de moteurs plus nous avons d’employés en Tunisie. Nous ambitionnons d’être à moyen terme plus de 100 personnes et ainsi avoir des équipes qui nous permettent de faire de la maintenance des machines que nous vendons sur tout le territoire tunisien. Nous avons la perspective d’implanter nos machines partout là où il y a du gaz, et comme la Tunisie est faite d’un réseau de gaz important, cela nous permettra d’être présent partout et de gérer l’employabilité dans toutes les parties du pays. On a vraiment des ambitions d’employabilité en Tunisie et c’est important surtout en ce moment. Nous voulons vraiment offrir aux tunisiens des emplois stables et techniques permettant de gérer globalement une croissance de l’activité en Tunisie.

Actuellement nous parlons beaucoup de transition énergétique. Quels sont les enjeux et le rôle de Clarke Energy ?

Effectivement, le domaine de l’énergie est un domaine très important. C’est pour cela que notre produit est un produit à forte efficacité énergétique et à faible taux d’émission de CO², ce qui fera la transition énergétique en Afrique.

Nous aimerions être plus présents pour l’environnement. Notre produit s’adapte parfaitement à ces technologies, puisque que nous récupérons des biogaz qui sont issus des décharges et centrales d’épuration et nous pouvons ainsi produire de l’électricité.

Donc l’idée est de modestement épauler la STEG pour investir à sa place et permettre de produire de l’électricité en quantité et en qualité au niveau de la Tunisie.

Par : Leila Ben Mansour

Rating: 4.6/5. From 9 votes.
Please wait...

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here