CERMF : La Tunisie, parmi les dix pays les plus endettés en Afrique francophone

0
329

Le Centre d’Etudes et de Réflexion sur le Monde Francophone (CERMF) vient de dévoiler son rapport sur les performances de l’Afrique subsaharienne francophone lors de la décennie 2012-2021.

D’après ce rapport, la Tunisie fait partie des dix pays les plus endettés de la région, avec Mauriceet le Congo-Brazzaville.

Une situation semblable à celle des années précédentes, au cours desquelles deux à trois pays francophones se trouvaient également parmi les dix pays les plus endettés du continent, et toujours dans la seconde moitié de la liste.

Fin 2021, le taux d’endettement global est prévu à 58,4 % du PIB pour cet ensemble de 25 pays, et à 49,4 % pour sa partie subsaharienne composée de 22 pays.

Pour le reste du continent, le taux devrait s’établir à 68,3 % pour l’ensemble de l’Afrique non francophone, et à 62,3 % pour sa partie subsaharienne.

Le niveau d’endettement de l’Afrique francophone, qui demeure d’ailleurs largement inférieur à celui de la majorité des pays développés, s’est ainsi globalement stabilisé en 2021, avec une légère hausse de 0,8 point de pourcentage (et 0,3 point pour sa partie subsaharienne).

Quant à celui du reste du continent, il devrait connaître une baisse de 2,0 points pour l’ensemble de l’Afrique non francophone (et 2,8 points pour sa partie subsaharienne).

Une diminution qui s’explique principalement par la forte hausse enregistrée en 2020, lorsque le niveau d’endettement avait progressé de 9,6 points (contre 7,9 points pour l’Afrique francophone), et de 9,2 points pour la partie subsaharienne (5,4 points pour l’Afrique subsaharienne francophone).

Plus globalement, l’Afrique francophone demeure la partie la moins endettée du continent. Cette assez bonne maîtrise de la dette, globalement, résulte notamment du dynamisme économique que connaissent la plupart des pays francophones subsahariens, et découlant lui-même des importantes avancées réalisées ces dernières années en matière d’amélioration du climat des affaires, de diversification et de de bonne gouvernance. Globalement, l’Afrique francophone a donc été mieux armée pour faire face à la crise majeure qui secoue le monde depuis début 2020, et financer le redémarrage de l’activité économique.

Pour la huitième année consécutive et la neuvième fois en dix ans, l’Afrique subsaharienne francophone a globalement réalisé les meilleures performances économiques du continent en 2021, tout en en demeurant la partie la moins endettée. Et les perspectives sont plutôt encourageantes pour 2022, malgré certaines incertitudes.

Selon les données fournies par la Banque mondiale dans son rapport « Perspectives économiques mondiales », publié en janvier dernier, l’Afrique subsaharienne francophone a réalisé en 2021 les meilleures performances du continent pour la huitième année consécutive et la neuvième fois en dix ans.

Cet ensemble de 22 pays a ainsi enregistré une croissance globale de 3,9 %, tandis que le reste de l’Afrique subsaharienne enregistrait un taux de 3,1 % * (et 3,8 % pour la région Afrique du Nord, hors Libye). Du côté de la dette publique, et selon les dernières données du FMI, l’Afrique subsaharienne francophone continue à maîtriser son niveau d’endettement, et demeure la partie la moins endettée du continent, notamment avec un écart de 12,9 points de pourcentage avec le reste de l’Afrique subsaharienne.

https://www.cermf.org/lafrique-subsaharienne-francophone-demeure-le-moteur-croissance-africaine%20

 

No votes yet.
Please wait...

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here