ATYPIQUE : apprendre et former de manière Atypique

0
232

Le cabinet de formation continue reprend le service et s’oriente davantage pour servir les besoins du marché IT.

Hafedh Ouerdeni, Kewal Dhariwal, Abhijit S. Pandya, Suart A.Varden ou encore Belgacem Raggard sont le renouveau de ce cabinet de formation et ils ont uni leurs compétences pour qu’Atypique puisse lancer son partenariat avec l’organisation ICCP.

Ce cabinet de formation continue et complémentaire agréé par le ministère de l’emploi et de la  la formation professionnelle est aujourd’hui résolument tourné vers une proposition de valeur différenciant basée sur les exigences du domaine IT y compris les certifications pointues et par un accompagnement des ingénieurs dès leur première insertion dans le monde professionnel. 

Bien plus qu’une entreprise Atypique se veut un partenaire privilégié pour toute entreprise orientée capital humain et étant convaincue que sa réussite passe par son patrimoine humain et leurs compétences. 

Atypique collabore avec les entreprises responsables, petites, moyennes et grandes qui croient en la montée en compétences de son capital humain.

Leur mission est de faire progresser les entreprises tunisiennes dans les nouvelles technologies pour obtenir un avantage concurrentiel au niveau international. Ils forment, certifient et fournissent une assistance technique à toutes ces entreprises modernes. 

L’équipe d’Atypique s’est ainsi engagée à commencer au sommet de la haute technologie qui sert l’objectif d’un grand avantage concurrentiel. Cela inclut la cybersécurité, la science des données, la Business Intelligence, le Big Data et la Blockchain.

« Le monde a changé et la Tunisie doit suivre ces changements de près. La transformation numérique impose aux entreprises tunisiennes d’avancer au même rythme dans les principales hautes technologies qui sont à l’origine d’un leadership et d’un grand avantage concurrentiel international. », souligne Belgacem Raggad

« Les exigences des recruteurs dans le secteur sont multiples et évolutives étant donné les changements techniques et technologiques dans le domaine IT. La 1ère étant une formation de base solide avec un mixte entre les connaissances théoriques et la pratique projet (opérationnel) cimenté par un savoir être marqué (communication / relationnel…), le cycle des évolutions techno étant plus court qu’une formation académique qui a du mal à anticiper cette évolution, il faut d’abord garantir à la sortie des ingénieur généraliste formé aux techniques de l’autoformation avec des têtes bien faites permettant de rattraper les changements technologiques.

Par la suite c’est le rôle de l’entreprise d’assurer à travers la formation tout au long du parcours professionnel de son personnel IT. La certification et les séminaires de veille technologique s’ajoutent par suite pour garantir un niveau IT à jour.

Le personnel I.T. doit aussi, à titre individuel, être conscient que la mise à jour des connaissances et du savoir technique et comportementale doit être permanente à travers l’initiative personnel de formation / autoformation/ certification / veille technologique, etc… », explique Hafedh Ouerdeni.

En effet, le domaine de l’informatique en Tunisie a connu une croissance de la production, des investissements et du potentiel scientifique de formation et de recherche. 

Pour Atypique, les forces de la Tunisie dans le domaine de l’IT sont la maturité SI atteinte, notamment dans le secteur   banques/ assurance et télco. Le potentiel de l’offre IT tunisienne sur le marché africain et MENA est le développement des ESN / Éditeurs et intégrateurs des solutions informatiques made in Tunisie. Le cabinet souligne également le développement d’un vrai cluster Startup à fort potentiel à court et moyens termes et le cadre juridique incitant à la création de Startup act. Enfin un gisement humain bien formé avec l’émergence des écoles d’ingénieurs (privées + publics) de qualités.

Cependant, le Cabinet fait état de certaines faiblesses dans ce domaine notamment, une centralisation du digital sur grand Tunis : plus 90% du PIB du secteur est réalisé dans le grand Tunis, ce qui engendre un sous-développement digital dans les régions s’ajoutant aux autres formes de sous-développement (fracture digitale entre les régions).

L’offre de formation de qualité est aussi réduite au grand Tunis, la dimension sécurité / cybersécurité a encore du retard en Tunisie et le donneur d’ordre principal reste l’Etat réduisant le potentiel de croissance pour les nouveaux arrivants.

Par ailleurs, l’exode massif du personnel expérimenté risque de fragiliser les besoins locaux en IT à moyen et long terme. Quant à la RGPD, elle handicape l’exportation de l’offre IT vers l’Europe et les Amériques. Enfin, l’absence de la culture de certification / formation tout au long de vie professionnel est un handicape à la l’employabilité et présente un risque d’être dépassé par l’évolution techno / IT (cela s’applique aussi aux écoles qui doivent revoir quasi annuellement leur offre pédagogique pour suivre l’offre technologique et anticiper les besoins du marché IT).

C’est dans ce contexte et afin d’améliorer le domaine et les compétences tunisiennes, qu’Atypique a développé un partenariat avec l’organisation ICCP.

Cette institution a pour objectif de certifier les entreprises et de confirmer leur conformité aux normes les plus élevées pour les professionnels de l’informatique

No votes yet.
Please wait...

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here