ARP : La Tunisie poursuit l’élaboration de nouveaux budgets

0
299
ARP-promoteurs de projets publics

Lors d’une séance plénière tenue mardi après-midi, l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP) a donné son aval aux projets de loi clôturant les budgets de l’État pour les exercices 2017, 2018, 2019 et 2020.

Au cours de cette séance, les députés ont exprimé leur préoccupation quant au retard accusé dans la clôture de ces budgets. Ils ont souligné que ce retard pourrait avoir des conséquences sur les relations internationales de la Tunisie avec les bailleurs de fonds, ainsi que sur sa notation par les agences internationales et sur l’attrait des investissements.

Les parlementaires ont également évoqué leurs inquiétudes concernant l’adoption de projets de loi dont ils n’avaient pas connaissance du contenu, craignant que cela puisse compromettre leur travail. Ils ont appelé à des investigations sur les dépenses effectuées dans le cadre de ces budgets, demandant des comptes à leurs prédécesseurs.

Selon eux, le projet de loi relatif à la clôture du budget de l’État représente un outil crucial de contrôle pour l’Assemblée, lui permettant de surveiller la gestion des dépenses publiques.

En réponse à ces préoccupations, la ministre des Finances, Sihem Nemsia, a souligné que son département avait transmis les projets de loi en temps voulu, mettant en lumière le retard enregistré au niveau du parlement.

Concernant le projet de loi clôturant le budget de l’État de 2021, la ministre a expliqué que le retard était dû à la dissolution du parlement précédent. Elle a souligné que l’adoption de la loi clôturant le budget ne signifie pas la résolution définitive du dossier ni l’abandon des poursuites judiciaires contre tout contrevenant ayant commis un crime ou causé préjudice à la communauté nationale.

Par ailleurs, la ministre a informé que son département travaille actuellement sur l’élaboration de projets de lois clôturant les budgets de l’État pour les exercices 2021, 2022 et 2023.

Elle a également évoqué l’amendement du Code des Changes, soulignant qu’il contribuera à surmonter plusieurs difficultés rencontrées par les investisseurs tunisiens et étrangers, ainsi que par les citoyens tunisiens en général. La ministre a qualifié ce nouvel amendement de « révolutionnaire », soulignant son adéquation avec les attentes du peuple tunisien.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here