Adoption IA : La Tunisie 4ème en Afrique et 1ère au Maghreb

0
611

Le think tank marocain « Policy Center for the New South » vient de dévoiler les résultats de son rapport « L’Intelligence Artificielle en Afrique : défis et opportunités ».

Cette analyse traite principalement de l’adoption de l’intelligence artificielle (IA) en Afrique, en mettant en lumière les disparités entre les pays et les défis auxquels ils sont confrontés. Il souligne les difficultés liées à la préparation des pays africains à l’IA en raison des inégalités structurelles, du manque d’infrastructures, et des faibles investissements en recherche et développement (R&D). Le rapport met également en avant les acteurs clés nécessaires pour promouvoir l’innovation en IA, y compris les décideurs politiques, les universités, les grandes entreprises, les start-ups et les partenariats multi-acteurs.

En 2023, la Tunisie s’est positionnée 81ème à l’échelle mondiale, 4ème à l’échelle continentale et 1ère au Maghreb, en matière d’adoption de l’IA.

En Afrique, c’est l’Île Maurice qui occupe la 1ère place (61ème à l’échelle mondiale), suivie par l’Égypte (62ème) et l’Afrique du Sud (77ème) qui clôt ce top 3 africain.  La Tunisie est suivie du Rwanda 5ème en Afrique (84ème), Maroc 6ème (88ème), Sénégal 7ème (91ème), Benin (97eme) Kenya (101ème) et Nigeria (103ème).

Cependant, la Tunisie, comme plusieurs autres pays africains, souffre de faibles investissements en R&D, ce qui limite sa capacité à innover en matière d’IA. Les ressources financières limitées, tant publiques que privées, freinent la recherche de pointe et le développement d’applications novatrices. Les universités tunisiennes, comme beaucoup d’autres sur le continent, manquent de ressources pour offrir des programmes de formation de qualité en IA. Ce manque de formation en compétences de l’IA constitue un obstacle majeur à la croissance de l’innovation.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here