Priorité à la croissance économique et à la stimulation des investissements

Note des Lecteurs

Notez plutôt que Voter
0.00 ( 0 vote)

Selon le cabinet Oxford Business Group, la Tunisie enregistre des gains importants au chapitre de la transparence et de l'allègement règlementaire
 

Une croissance relativement modeste


«Si les années qui se sont écoulées depuis la révolution de 2011 ont été difficiles pour les pays du Nord de l'Afrique, peu ont réussi à faire la transition avec autant de succès que la Tunisie. La croissance relativement modeste du pays, qui a entraîné des problèmes structurels, dont un taux de chômage élevé chez les jeunes, demeure un enjeu important. La Tunisie affiche néanmoins des gains majeurs au chapitre de la transparence et de l'allègement règlementaire», a assuré le directeur éditorial du cabinet d’intelligence économique et de conseil Oxford Business Group (OBG), Robert Tashima, à l'occasion du lancement de The Report : Tunisia 2017.

 

Croissance économique


 
La priorité de la Tunisie est accordée à la croissance économique et à la stimulation des investissements. En 2016, un certain nombre de réformes et d'initiatives économiques ont été mises en place afin d'encourager la croissance et attirer de nouveaux investisseurs. La hausse du PIB s'est située entre 1,3 et 1,4% en 2016, alors qu'elle était de 0,8% en 2015. Une nouvelle loi sur les investissements, jumelée aux efforts du gouvernement pour s'attaquer aux problèmes structurels, devrait contribuer à une  croissance restaurée en 2017.

 


«La Tunisie bénéficie d'une gamme d'avantages concurrentiels tels qu'une main-d'œuvre urbaine polyglotte, jeune et bien formée, un secteur industriel développé ainsi qu'un accès privilégié au marché européen. Bien qu'il soit nécessaire de poursuivre les réformes structurelles afin notamment de lutter contre le chômage chez les jeunes et améliorer les finances publiques, ces avantages ont toujours contribué au développement du pays, même au milieu de la volatilité de l'ère postrévolutionnaire», a expliqué Oliver Cornock, éditeur en chef d'OBG, en ajoutant que la transition vers la démocratie est considérée comme un succès et que le pays est souvent salué comme un phare d'espoir dans la région.

 


The Report : Tunisia 2017 dresse un portrait complet de la situation politique, économique, sociale et culturelle du pays. Aussi, le lecteur y trouvera-t-il des entrevues avec des personnalités clés dont le président de la République tunisienne, Béji Caïd Essebsi, le ministre du Développement, de l'Investissement et de la Coopération internationale, Fadhel Abdelkefi, le secrétaire général de l'Union générale tunisienne du travail, Noureddine Taboubi, ainsi que le président pour l'Afrique et le Moyen-Orient de l'avionneur Airbus, Hebib Fekih.
Les secteurs économiques prometteurs

 


Le tourisme, l'un des secteurs économiques les plus importants du pays, a commencé à montrer des signes de reprise après une période difficile. L'industrie cherche à diversifier son offre en misant davantage sur l'hébergement de luxe, les chaînes hôtelières internationales ainsi que le tourisme médical. Les mesures prises par le gouvernement pour assurer la sécurité et la protection des touristes ont largement contribué à rétablir la confiance et à relancer cette importante industrie.

 

Le secteur bancaire

 


Considéré comme un pilier de la stabilité dans la région, le secteur bancaire continue de s'avérer un atout précieux pour l'ensemble de l'économie. En novembre 2016, le total des actifs bancaires était égal à 41,3 milliards d'euros, en hausse de 8,3% par rapport à 2015. Une nouvelle loi bancaire, adoptée en juin 2016, a redéfini le cadre règlementaire pour l'amener aux normes de Bâle III.

 

Les télécommunications

 


«D'autres secteurs économiques présentent aussi des signes prometteurs dont les télécommunications et le transport. Le gouvernement travaille à développer un plan d'action misant sur le soutien à l'innovation technologique, au stockage de données et au déploiement du e-gouvernement», a ajouté le directeur éditorial Afrique d'OBG, Robert Tashima, en poursuivant sur la force que présente le réseau de transport tunisien. «Secteur économique clé depuis longtemps, la hausse des investissements dans les infrastructures de transport favorise le positionnement de la Tunisie comme un centre logistique majeur entre l'Europe et l'Afrique.»

 


The Report : Tunisia 2017, réalisé en partenariat avec l'Agence de promotion de l'investissement extérieur (FIPA-Tunisia), KPMG, MK&K, CDC et Tunisie Valeurs. Il est disponible en version imprimée et aussi en ligne sur le site d’OBG.
 


À propos d'Oxford Business Group

 


Oxford Business Group (OBG) est un cabinet d’intelligence économique et de conseil présent dans plus de trente pays à travers le monde, au Moyen-Orient, en Afrique, en Asie et en Amérique. En s’appuyant sur des recherches de terrain, OBG fournit de l’information économique sur de nombreux marchés à forte croissance et compte parmi les leaders dans ce domaine. En plus de ses bureaux à Londres, Berlin, Dubaï et Istanbul, le groupe dispose d’équipes dans tous les pays où il opère.

 


 
OBG développe une variété importante d’analyses reprenant l’ensemble des aspects de l’économie de ces pays, notamment les récents développements politico-économiques, le secteur financier, le tourisme, l’énergie, les transports, l’immobilier, les technologies de l’information et de la communication, l’industrie, l’éducation, la santé ainsi que l’agriculture. Le contenu d’OBG est mis à disposition de ses abonnés par le biais de diverses plateformes : Actualités et Tribunes économiques, OBG Business Barometer –CEO Survey, Tables rondes et conférences, Global Platform– entretiens vidéos exclusifs, les publications annuelles The Report, ainsi que son département Conseil.
Oxford Business Group,

 


Réagir à cet article

Pour commenter cet article, veuillez vous connecter avec votre compte Mon Entreprise.*