La grande distribution en Tunisie

Note des Lecteurs

Notez plutôt que Voter
0.00 ( 0 vote)

Un secteur en pleine expansion avec de fortes potentialités de croissance

Depuis la libéralisation de l’économie tunisienne et son intégration dans l’économie mondiale à partir des années 90, l’Etat s’est progressivement désengagé des secteurs concurrentiels à l’exception de quelques secteurs stratégiques, la production et la distribution ont été progressivement confiées au secteur privé.
.
Le secteur du commerce est l’un des piliers de l’économie tunisienne, il contribue à la création des richesses avec une part du PIB s’élevant à 8% et une participation à hauteur de 3,3% du volume des investissements. Depuis les années 2000, le secteur a été en croissance continue avec un taux d’évolution moyen de 8,8% entre 2000 et 2015, contre 7,3% pour le PIB (à prix courant) ; dire son importance dans le tissu économique national.

 

Une large gamme

 

Regroupant une large gamme d’activités, qui se caractérisent par la diversité de leurs formes et niveaux d’organisation et d’intégration différentes (commerce traditionnel, franchises, grandes surfaces, centres commerciaux...), le secteur dénombre plus de 230.000 points de vente répartis à travers le pays.

 

Il revêt aussi une dimension sociale importante. En effet, il abrite et constitue la source de revenu d’environ 460 mille personnes, soit un peu plus de 13,4% de la population active tunisienne. Le secteur de la distribution est un élément structurant du système économique et social. À l’interface des sphères de la production et de la consommation, il joue un rôle majeur dans les conditions d’ajustement entre l’offre et la demande. Depuis la fin des années 90 et le début des années 2000, le paysage de la distribution en Tunisie connaît des transformations.

 

Modèle de consommation


Tiré par la classe aisée et suivi par la classe moyenne, le modèle de consommation des Tunisiens tend à s’occidentaliser. Ainsi de nouvelles formes d’achat voient le jour favorisant l’implantation des grandes surfaces et des centres commerciaux. Dans notre étude, nous allons nous attarder sur une partie du commerce de détail, à savoir la grande distribution à dominante alimentaire qui est devenue un secteur omniprésent dans la vie de tous et qui change en permanence. De plus, crise ou pas crise la grande distribution garde la tête haute. En effet, même si le pouvoir d’achat des consommateurs est en berne, on ne peut pas arrêter de consommer. C’est ce qui fait son caractère défensif.

 

Rôle primordial


La grande distribution joue un rôle primordial dans le développement de la consommation des ménages en Tunisie qui, à son tour, constitue une source de développement pour l’économie du pays. De plus, en Tunisie et depuis le début des années 2000, le paysage de la grande distribution a clairement changé et a connu une intensification progressive de la concurrence avec l’ouverture des premiers hypermarchés en 2001 (Carrefour) et en 2005 (Géant). Ces nouveaux venus ont apporté une grande expérience et un savoir-faire en matière de merchandising et de promotion de vente, ce qui a provoqué une modernisation du secteur de la distribution accompagné par un changement radical du comportement du consommateur tunisien.

 

Croissance économique


L’essor que connaît le secteur de la distribution organisée en Tunisie est imputé non seulement à la croissance économique que connaît le pays au cours de ces deux dernières décennies mais aussi à la hausse des revenus moyens des Tunisiens qui ont vu leur pouvoir d’achat augmenter de façon considérable dépassant les
7000 dinars en 2014. La forte résilience de ce secteur et son poids important ont été démontrés aussi après la révolution. En effet, le secteur a été l’un des plus touchés, du point de vue dégâts, par la vague de violence enregistrée lors de la révolution en janvier 2011.

 

Aucune chaîne n’a été épargnée : 13 magasins Monoprix ont subi des dégâts importants dont 3 ont été incendiés pour un montant estimé à plus de 10MDT. L’Hypermarché Géant a été totalement incendié, 15 magasins Carrefour ont été endommagés. 13 points de vente de Magasin Général ont été totalement incendiés, 12 magasins saccagés avec une dizaine qui ont été touchés à des degrés divers soit une perte globale d’environ 50MDT. Nonobstant, le secteur a bien résisté à la crise et a connu un retour à la normale grâce à son caractère défensif.

 

Presque tous les points de vente endommagés ont rouvert leur porte à l’instant où nous réalisons cette étude. Et plusieurs autres points de vente ont été inaugurés. La reprise de la consommation et l’installation de bon nombre de citoyens libyens en Tunisie ont aussi favorisé la relance du secteur.

MAC SA


Réagir à cet article

Pour commenter cet article, veuillez vous connecter avec votre compte Mon Entreprise.*