Nouvelle Fédération Tunisienne du Textile et de l’Habillement

Note des Lecteurs

Notez plutôt que Voter
0.00 ( 0 vote)

L’industrie textile tunisienne continue de connaître des difficultés, dans chacune de ses filières depuis plusieurs années ; son tissu d’entreprises doit faire face à une forte pression concurrentielle venue principalement d’Asie mais également à une explosion structurelle de sa masse salariale. Le secteur souffre particulièrement de la multiplication des augmentations de salaires et de charges depuis 5 ans alors même que 70 à 75% de ses coûts de production viennent de sa masse salariale.


1788 entreprises
Dont 90% totalement exportatrices


2ème  secteur exportateur après les industries mécaniques et électrique, le secteur représente plus de 20% du total des exportations tunisiennes, générant en 2015, 2258 millions d’euros de chiffre d’affaires à l’export, un chiffre en baisse de près de 7,5%.


Le secteur a réalisé un chiffre d’affaires de 2,26 milliards d’euros À l’export

 

Les produits les plus populaires à l’exportation sont les vêtements (pantalon, jeans, T-shirts, Pull…), la lingerie et les vêtements de travail.

 


La France est le 1er marché pour le secteur avec 33% des exportations, suivie de près par l’Italie, 29%. Viennent ensuite l’Allemagne, la Belgique, les Pays-Bas et l’Espagne. Au total, l’Europe représente 93% des exportations du secteur. Sur un total de 1788 entreprises, plus de 800 sont des entreprises européennes.


40.000 EMPLOIS
MENACÉS


Cette baisse des exportations a pour première conséquence une réduction du nombre d’emplois puisque 90% du tissu industriel textile sont composés d’entreprises totalement exportatrices. Or, plus d’un tiers (34%) des emplois de l’industrie manufacturière tunisienne est le fait du secteur textile. On estime qu’en 5 ans, le secteur a perdu plus de 40.000 emplois sur un total d’environ 172.000 postes, soit une perte d’un quart de ses effectifs.

L’industrie textile représente aujourd’hui


172 000 emplois Environ en Tunisie


-40 000 emplois Environ en 5 ans

 

LA NOUVELLE FEDERATION ET LE CONTEXTE DE SA CRÉATION


Le 10 mars dernier, une négociation globale et centralisée, sans prise en compte de la spécificité de chaque secteur, ni de son état conjoncturel, a abouti à une augmentation des salaires dans le secteur privé de 6% pour 2017, rétroactive à 2016. Cet accord, s’il venait à être appliqué, ferait peser sur les entreprises textiles un surcoût de charges de 12,35% alors même que la masse salariale représente déjà 70 à 75% des coûts de production du secteur.

 


Cet accord n’est pas applicable en l’état aux entreprises textiles, sans faire peser sur leur compétitivité à l’export et donc leur pérennité : un grave danger. Nombres d’entreprises textiles, déjà essoufflées, seront étouffées par cette augmentation, menaçant l’emploi existant et annihilant totalement la perspective de création de nouveaux emplois.

 


Dans ce contexte, s’estimant insuffisamment représentés et écoutés, les hommes et les femmes chefs d’entreprises du textile et de l’habillement ont pris leur destin en main et fondé la ‘Fédération Tunisienne du Textile et de l’Habillement’.

 

LES OBJECTIFS DE LA FTTH


1. À court terme : revenir à la table des négociations pour rediscuter l’accord du 10 mars sur les augmentations salariales.


2.  Créer les conditions d’une croissance du secteur créatrices de nouveaux emplois.


3. Fédérer les intervenants du secteur autour d’une animation participative pour défendre les intérêts du secteur et créer des entreprises plus fortes à l’échelle régionale et nationale.


4. Créer une fédération flexible, proche des industriels, active pour leur intérêt et qui intervient en appui conseil auprès d’eux.


5. Faire de la Fédération un partenaire incontournable, responsable et soucieux de la pérennité des emplois existants et de la création de nouveaux emplois.


6. Rétablir la confiance des marchés cibles pour pérenniser nos débouchés et en prospecter de nouveaux.
7. Accompagner et assister les investisseurs étrangers auprès des instances publiques et des partenaires sociaux.


Ces objectifs, établis par le Comité provisoire de la FTTH, seront discutés et votés par les instances dirigeantes définitivement élues de la FTTH.

 

LES INSTANCES DIRIGEANTES DE LA FTTH

 


Au delà des difficultés qu’ils rencontrent au quotidien dans leurs entreprises respectives, les industriels du secteur du textile et de l’habillement tunisien souffrent de l’absence d’écoute et de représentativité des instances censées défendre leurs intérêts.

 


C’est pourquoi, dans un souci de proximité, de soutien et de consensus avec sa base, la FTTH se construira sur de nouvelles règles de représentativité prenant en considération 2 axes propres à la structure de son secteur : les régions et les filières.

 


Cela permettra d’incarner une instance qui monte de la base vers un Conseil National éminemment représentatif de la structure du textile et de l’habillement.

 


Source : Agence Stratego

 


Réagir à cet article

Pour commenter cet article, veuillez vous connecter avec votre compte Mon Entreprise.*